Fleur de sel : Emission introductive

Fleur de sel Société

C’est le 5e anniversaire de la parution de Laudato si, dont le message est toujours plus actuel et l’appel urgent. Nous proposons cette année de lire ou relire  ensemble l’Encyclique Laudato si du pape François. Il s’agira à chaque fois d’une lecture à deux voix réalisée et commentée par des membres du groupe diocésain Paroles de chrétiens sur l’Ecologie.

Emission introductve de Fleur de sel

Parce que nous ne l’avons pas lue ou peut être lue trop vite, parce que nous l’avons déjà oubliée alors qu’elle lance un appel urgent et prophétique à changer de vie, l’émission Fleur de sel vous propose chaque semaine une lecture de l’encyclique du pape François Ladauto si. Une lecture commentée, réalisée en respectant l’ordre des chapitres, avec les voix des membres du groupe diocésain Parole de chrétiens sur l’écologie; Cette semaine, le chapitre 1

0 Introduction

Bonjour Jean-Noël. Nous allons engager la quatrième année de l’émission Fleur de Sel sur Radio-Fidélité, quel en sera la thème cette année ?

C’est la quatrième année de Fleur de Sel mais d’abord le cinquième anniversaire de Laudato si.  En effet le 24 mai 2015 paraissait l’encyclique du pape François sur la sauvegarde de la maison commune qui commence par les première paroles du cantique de Saint François d’Assise, « Laudato si, mi signore », Loué sois-tu, mon Seigneur. Saluée par de nombreux écologistes et penseurs contemporains comme un texte de portée universelle, intégrant à la fois les aspects sociaux, économiques et spirituels de la crise environnementale.

 

Ce texte est-il en rupture avec les positions précédentes de l’Eglise ?

Non, le souci de la création était déjà présent dans diverses prises de parole des papes Paul VI, Jean-Paul II et Benoit XVI ainsi que dans plusieurs encycliques où ils stigmatisaient déjà notre modèle de société, soulignaient la dimension sociale et religieuse de la crise écologique et appelaient à la conversion de nos modes de vie.

Le pape Paul VI déclarait déjà en 1971 que « Par une exploitation inconsidérée de la nature [l’être hu­main] risque de la détruire et d’être à son tour la victime de cette dégradation » (LS 4).

Mais aucun texte écclésial n’avait été aussi loin, n’avait pris des positions aussi claires, à tel point que le philosophe et sociologue  Edgar Morin se demandait après sa sortie si ce n’était pas l’acte 1 d’un appel pour une nouvelle civilisation (La Croix , 22/06/2015).

 

Vous en avez assuré la diffusion dans notre diocèse

Oui, le groupe Paroles de chrétiens sur l’Ecologie qui s’est constitué à la demande du diocèse de Nantes il y a 10 ans a accueilli avec  beaucoup d’espoir lors de sa parution le message du pape et s’est empressé de le diffuser dans le cadre de la formation diocésaine et à travers de nombreuses interventions  dans les paroisses et les communautés sur la région. Depuis trois ans, sous la rubrique Fleur de sel, nous réalisons des émissions consacrées à ce que le pape définit comme l’Ecologie intégrale, sur Radio fidélité. Ces émissions nous ont déjà permis de citer de nombreux extraits de l’encyclique Laudato si, certains passages ont servi de base à des méditations et elle nous a servi de terreau pour de nombreux débats et chroniques.

 

Et vous proposez cette année de reprendre ce texte, d’en faire une lecture continue tout au long de l’année, pourquoi ?

Force est de constater que si le cri d’alarme du pape a été largement relayé par les médias en 2015, qu’il a été salué comme une proposition forte dans sa dimension humaniste et sociale, peu d’entre nous l’ont vraiment lu, et il s’éloigne progressivement de nos repères. Or nous sommes loin d’avoir répondu  à cet appel. La prise de conscience de la nécessité de changer de mode vie fait son chemin dans la mentalité de nos contemporains et dans l’Eglise chrétienne divers mouvements sont apparus comme Eglise verte, mais au niveau international (et national) malgré des déclarations de bonnes intentions aucune décision d’ampleur suffisante pour enrayer le réchauffement climatique et l’extinction de la biodiversité n’émerge vraiment.  La crise du Covid-19 est venue nous rappeler dramatiquement les conséquences des bouleversements que nous faisons subir à la nature et nous a fait redécouvrir ce qui dans notre vie était vraiment essentiel mais elle a aussi montré combien nous étions prisonniers des systèmes socio-économiques qui régissent ce monde.

 

C’est la raison pour laquelle l’encyclique Laudato si est toujours d’une brulante actualité. C’est aussi une encyclique prophétique au sens biblique du terme.

 

Prophétique, vraiment ?

Oui, les prophètes de la Bible s’adressent en effet au peuple, donc à chacun, mais aussi parfois (comme Jérémie) à toutes les nations. Ils jugent le présent et voient l’avenir à la lumière de Dieu. Ils contestent et vilipendent la conduite des hommes mais c’est seulement en fonction de cette conduite qu’ils prédisent, qu’ils prophétisent. Si leur message est toujours dur à entendre, il n’est jamais sans espoir et toujours associé à une perspective de salut. Et leur message dépasse les limites temporelles : il est destiné à être répété, voir ressassé, tant sont fermées et sourdes nos oreilles.

Laudato si correspond à ces trois caractéristiques, elle s’adresse à tous les hommes, pas seulement aux chrétiens, « face à la détérioration globale de l’environnement, je vou­drais m’adresser à chaque personne qui habite cette planète »  (LS 3)

elle conteste notre mode de vie, appelant à adopter « un mode de vie, de bonheur et de cohabitation non consumériste » (LS 112),

elle porte un message d’espérance « L’espérance nous invite à reconnaître qu’il y a toujours une voie de sortie » (LS 61).

 

Nous vous proposons donc dans cette émission hebdomadaire de Fleur de sel de lire ou relire  ensemble l’Encyclique Laudato si du pape François. Il s’agira à chaque fois d’une lecture à deux voix réalisée par des membres du groupe diocésain Paroles de chrétiens sur l’Ecologie. Les passages les plus significatifs de l’encyclique seront lus successivement dans leur ordre d’apparition dans le texte. Ils seront accompagnés d’un court commentaire, d’une explication, ou d’une méditation. Au cours de cette nouvelle saison radiophonique 2020-2021, 39 extraits sont ainsi programmés, chaque émission durant une huitaine de minutes. Elles seront rediffusées le mardi à 13 h 20, vendredi à 13 h 20 et dimanche à 12 h 03, et accessibles peu de temps après sous forme de podcast sur www.radiofidelite.com/societe/fleur-de-sel.

 

 

Partagez cet article

  • 0%