Chronique Que choisir: la protection de nos ressources en eau

2 min read

Certaines sources d’eau potable en France ne sont plus sanctuarisées. En raison d’une réglementation trop favorable à l’agriculture industrielle, la protection des sources contre la prolifération des pesticides a reculé.

11 sept 2019 Chronique Que choisir la protection de nos ressources en eau

Dans de nombreux départements, les préfets ont signé des arrêtés inspirés sous la pression du principal syndicat agricole, pour réduire la protection contre les pesticides à proximité des points d’eau. C’est le préfet qui établit pour chaque département la liste des ressources en eau à protéger contre la diffusion de pesticides agricoles.Auparavant, les agriculteurs ne pouvaient traiter la terre aux pesticides moins de 5 mètres autour des points d’eau figurant sur une cartographie nationale. Mais depuis 2017, un arrêté ministériel publié dans la précipitation d’une transition électorale a confié aux préfets la détermination de cette cartographie.

Le résultat est catastrophique, selon un rapport du Conseil de l’environnement. En effet, dans plus de la moitié des départements français, la pression des lobbys agricoles sur l’autorité préfectorale a conduit à une forte réduction du réseau hydrographique protégé par des zones sans traitement. Pourtant, selon ce même rapport, c’est tout l’inverse qu’il convient de faire. Une meilleure protection de la ressource en eau potable est nécessaire pour atteindre les objectifs d’amélioration de la qualité des eaux superficielles. C’est aussi une condition pour réduire le coût d’assainissement, dont plus de 80 % est supporté par les ménages, alors que les causes sont principalement industrielles et agricoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :