Fleur de sel : Les petits plus importants que les gros

1 min read

Avec Jean-Noël Hallet, biologiste

Plus importantes encore que  les menaces qui pèsent sur certains grands mammifères emblématiques (ours blanc, rhinocéros, orang outan, girafes) la régression des populations d’organismes de plus petite taille qui jouent un rôle essentiel dans les écosystèmes comme les  oiseaux, les insectes et surtout les microorganismes du sol et des océans, peut avoir un effet d’anéantissement biologique global, par effet domino.

Les petits plus importants que les gros

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :