Chronique que choisir : la musique en ligne plutôt que sur disque

Chronique Que Choisir Société

L’usage de la musique et de l’image a bien changé en dix ans : on écoute de plus en plus en ligne, et de moins en moins sur les supports comme le disque qu’on achète pour sa collection personnelle, et son écoute à volonté.

 

Les rayons de disques ont beaucoup diminué dans les magasins : CD, DVD, BLU-RAY n’ont plus la cote auprès du public, dont les habitudes ont évolué vers le stockage personnel ou l’écoute en ligne. Les ventes d’album représentent moins de la moitié du marché en France, depuis 2018. Dans l’image et son sur demande, c’est la formule par abonnement qui domine largement, avec les offres de SPOTIFY ou DEEZER pour la musique, NETFLIX, AMAZON PRIME ou OCS pour les films et surtout les séries. Ce mode d’usage pour l’écoute ou le visionnage est donc aujourd’hui le plus répandu en France, avec l’usage intensif des écrans personnels, surtout mobiles. Le développement de ces nouvelles pratiques repose sur la facilité d’usage : le coût d’environ 10 € par mois est peu visible, les fournisseurs offrent souvent le premier mois, et la souscription est sans engagement. L’abonné peut en effet résilier à tout moment : il se sent libre, à un prix supportable.

Pourtant, c’est aussi une démarche d’addiction : l’augmentation modérée du prix provoque peu de départs d’abonnés. La concurrence entre fournisseurs ne se joue pas vraiment sur le prix, mais plutôt sur les contenus : c’est la nouvelle série dont tout le monde parle qui va attirer de nouveaux clients, dont certains auront quitté un précédent catalogue, avant d’y revenir au besoin. Les séries nouvelles attirent le public, et les anciennes se revendent entre fournisseurs. C’est la guerre que se livrent en particulier les grands noms du marché, comme NEXTFLIX et AMAZON, ou maintenant APPLE, récemment apparu sur le créneau. Cette évolution s’est déjà produite dans le monde du sport, avec l’apparition de BE-IN-SPORT, qui a remporté les enchères des droits de retransmission du football, devant CANAL+. Les fauves se dévorent, mais les prix augmentent discrètement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.