Chronique que choisir : chauffage au bois pas cher, mais polluant

Chronique Que Choisir Société

Pour un ménage installé en campagne, avec du bois disponible à proximité, le chauffage avec des bûches est une solution peu coûteuse. Elle est aussi efficace, avec une chaudière ou un poêle, plutôt qu’une cheminée, même en foyer fermé. Mais gare à la pollution.

Chronique que choisir_chauffage au bois polluant_30122019

Les bûches de bois, c’est beau, c’est proche, peu cher ou gratuit, et renouvelable : voilà un mode de chauffage domestique idéal pour les familles vivant en milieu rural. Pourtant, selon l’appareil utilisé, le rendement n’est pas le même et la pollution est importante. L’ADEME (Agence de l’environnement et maîtrise de l’énergie) souligne que la combustion du bois d’arbre brut produit des particules fines, très polluantes dans l’atmosphère.

Le feu de bois en cheminée ouverte est le plus émissif. Même en foyer fermé, si le modèle est ancien, la pollution est dix fois plus élevée qu’avec un appareil récent. Les nouveaux modèles de chaudières et de poêles à bois doivent présenter leur classement dans l’échelle officielle, appelée “FLAMME VERTE”. Pour obtenir un bon rendement, il faut choisir un appareil classé 7 ou plus dans cette nomenclature. Le mieux est de s’équiper avec une chaudière ou un poêle à granulés : ce procédé réunit les deux avantages d’un rendement beaucoup plus élevé que les appareils à bûches, avec des émissions polluantes très réduites. Mais il faut choisir un modèle exactement adapté au volume du logement, sans le surdimensionner. En effet, ces chaudières et poêles sont conçus pour fonctionner au maximum. Or, le bas régime est moins rentable, et très émissif en particules.

Partagez cet article

  • 0%