Chronique que choisir : Internet : protection approximative des données privées

Chronique Que Choisir Société

Les indications personnelles des internautes sont commercialisées par les grands opérateurs, pour profiler des clients potentiels, cibler la publicité, faire des offres sur mesure. La réglementation exige leur consentement, et cela n’arrange pas GOOGLE, FACEBOOK, ou MICROSOFT.

Chronique que choisir_internet_protection approximatives des donnes prives_24012020

La réglementation des données personnelles est issue d’une directive européenne, appelée Règlement général de protection des données (RGPD). Ce règlement fixe un principe : tous les fournisseurs en numérique doivent fournir à l’utilisateur la protection la plus exigeante, par défaut. Cela s’applique à un site internet, une application mobile, un message, ou un compte sur réseau social. Par conséquent, pour toute exception à ce principe, le gestionnaire est tenu de recueillir le consentement de l’usager du site ou de l’application, de l’abonné au réseau, du destinataire d’un message individuel. C’est pour cela que tous les grands opérateurs affichent une page de confirmation de leurs options de sécurité personnelles.

Mais le choix du consommateur est souvent téléguidé : GOOGLE prétend qu’en désactivant la publicité ciblée, les offres affichées deviendront “inutiles”, et insiste en exigeant une confirmation de ce choix. MICROSOFT présente la publicité ciblée comme une expérience positive, optimiste, et dévalorise le choix de son refus. FACEBOOK ne laisse même pas le choix à l’utilisateur : s’il refuse les nouvelles conditions, il devra supprimer son compte. Ces pratiques illustrent une évidente mauvaise volonté des grandes firmes américaines, pour l’application loyale de la réglementation européenne protégeant la vie privée. Ces compagnies cherchent à limiter les restrictions des internautes, qui empêchent de faire du commerce avec leur profil et leurs habitudes de navigation.

Partagez cet article

  • 0%