Chronique que choisir : Des rouges à lèvres louches

Chronique Que Choisir Société

Des essais sur des rouges à lèvres par QUE CHOISIR ont été refaits, en raison d’un doute sérieux. Mais la vérification confirme la présence de produits indésirables, sur deux références pourtant désignées comme “naturelles”.

Chronique que choisir_rouge a levre louche_20022020

Il n’est pas fréquent que la revue QUE CHOISIR reporte la publication des résultats de ses tests, mais cela arrive lorsqu’il existe un doute sérieux. C’était le cas avec deux rouges à lèvres, des marques AVRIL et BELLAPIERRE, en raison de la présence de résidus non seulement indésirables, mais strictement interdits en cosmétiques bio. Or ces deux marques revendiquent cette qualification. Les nouvelles analyses ont pourtant confirmé ce résultat, et les deux fabricants ont été interrogés. Le fabricant BELLAPIERRE n’a pas répondu. C’est dommage, pour un produit qui aurait pu être classé en tête des résultats. En effet, le panel d’utilisatrices appréciait beaucoup sa facilité d’usage et sa belle pigmentation. Mais il est impossible de conseiller cette marque, car la présence de ces résidus dans un produit affiché comme “naturel” est une tromperie. Surtout, le silence de la marque révèle peut-être un usage volontaire de ces produits de synthèse, et non pas un accident de fabrication.

L’accident, c’est peut-être en revanche ce qui peut expliquer la présence de résidus dans le produit AVRIL. Ce fabricant a contesté les résultats du test, en soulignant qu’aucun protocole d’essai n’est agréé. Mais le laboratoire qui a réalisé les opérations est le plus réputé en Europe, pour ce type de produits. Les quantités observées étant assez faibles, à la différence du rouge à lèvre BELLAPIERRE, on peut supposer une pollution sur la chaîne de fabrication, peut-être avec un nettoyant. Pourtant, le rouge à lèvres d’AVRIL, producteur certifié bio, n’a pas séduit du tout les utilisatrices : sa solidité et sa tenue à la chaleur sont médiocres. Ce n’est vraiment pas de chance : le produit le plus apprécié est vraiment suspect, et le moins dangereux ne plaît guère.

Partagez cet article

  • 0%