Chronique que choisir : Les grandes marques au NUTRISCORE

Chronique Que Choisir Société

Le NUTRISCORE est un affichage lisible des qualités nutritionnelles des aliments industriels. Il valorise les produits sains, ni trop gras, salés ou sucrés. Il n’est pas obligatoire, et l’agro-alimentaire rechigne à l’adopter. Mais de grands fabricants ont enfin basculé, même s’il en manque encore.

Chronique que choisir_ LES GRANDES MARQUES AU NUTRISCORE_25032020

Les multinationales de l’agro-alimentaire étaient farouchement opposées à l’affichage nutritionnel, qui informe clairement les clients sur l’emballage qu’un produit industriel est plus ou moins riche en fibres, en nutriments assimilables, en sel, sucres et graisses de toutes sortes. Ces grandes entreprises ont essayé par tous les moyens d’empêcher son adoption en France. Mais le gouvernement avait tout de même retenu ce dispositif, comme le plus efficace. Les autres procédés des syndicats de charcuterie ou confiserie, contrefeux allumés pour saborder le projet, n’avaient pas convaincu.

Plusieurs autres pays d’Europe ont suivi, comme la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas. Il reste que l’étiquetage des produits en NUTRISCORE ne peut être que volontaire, pour les industriels, puisque seul le dispositif européen s’impose. Les teneurs en lipides ou glucose, les doses en kilojoules, sont des normes qui viennent des industriels eux-mêmes, sur des bases scientifiques. Mais c’est illisible pour la plupart des consommateurs.

NESTLÉ a été le premier du club très fermé des grands groupes à jeter l’éponge, en annonçant l’affichage du NUTRISCORE sur ses produits, progressivement, sur le marché français. PEPSICO et KELLOGG’S France viennent de prendre la même décision. Pour PEPSICO, il s’agit des marques ALVALLE (gazpachos), BÉNÉNUTS, LAY’S, TROPICANA, PEPSI, 7UP par exemple. D’autres grands noms de l’alimentation industrielle pourraient aussi basculer, comme COCA, MONDELEZ (produits LU, SUCHARD, TOBLERONE, TUC, MILKA) et MARS. En revanche, l’italien FERRERO affiche un farouche refus du NUTRISCORE, pour ses produits NUTELLA et KINDER, en particulier. Il est vrai qu’avec le filtre d’un étiquetage nutritionnel, ces friandises apparaissent comme des poisons, plutôt que des aliments.

Partagez cet article

  • 0%