Chronique que choisir: obtenir le “zéro reste à charge”

Chronique Que Choisir Société

La réforme de l’assurance maladie améliore considérablement le remboursement des prothèses dentaires, l’optique, et l’audition. La mise en œuvre est progressive, de 2019 à 2021. Mais des assurés s’interrogent sur leurs droits.

Chronique que choisir_comment obtenir le reste à charge zéo_1004202

Les syndicats professionnels et les assureurs ont plutôt bien joué le jeu, pour une meilleure prise en charge de la dépense en prothèses dentaires, optique et audition. Le client dispose d’un vrai choix :

  • Soit des équipements basiques, intégralement remboursés.
  • Soit une prestation plus confortable, aux tarifs réglementés, avec un reste à charge limité.
  • Soit un équipement à prix libres, avec une prise en charge plus ou moins élevée, selon la complémentaire santé.

C’est vrai pour l’optique depuis 2019, pour les équipements dentaires en 2020, et pour l’audition en 2021. Ainsi, le remboursement est vraiment intégral, dans ces trois domaines, pour l’offre de base, avec un niveau de qualité tout à fait correct. Encore faut-il un peu d’exigence de la part du client (à l’égard des professionnels) et assuré (à l’égard de sa complémentaire santé).

En effet, la formule du “zéro reste à charge” n’arrange pas vraiment tout le monde. On observe un certain nombre des résistances : De la part des professionnels, des témoignages ont relevé des pratiques de dénigrement de l’offre de base. Les dentistes ont d’ailleurs obtenu dans le décret d’application une “clause de conscience”, qui leur permet de ne pas pratiquer le reste à charge zéro, à condition d’en informer le patient.

Chez les assureurs en complémentaire santé, l’entrée en vigueur du remboursement majoré peut être retardé de plusieurs mois, et jusqu’à un an, selon la date de prise d’effet du contrat, et donc de sa reconduction. En définitive, c’est aux clients et assurés de faire jouer la concurrence, et d’exiger des informations claires sur l’application du “reste à charge zéro”, aussi bien pour les propositions des professionnels que pour les remboursements d’assurance.

Partagez cet article

  • 0%