Chronique que choisir : Les consultations et soins retardés pour cause de coronavirus doivent continuer

Chronique Que Choisir Newsletter Société

Les bénévoles de l’UFC-Que Choisir représentent les usagers dans de nombreux établissements de santé en LOIRE-ATLANTIQUE. Ils appellent les patients et leurs proches à rester vigilants pour la continuité des soins en cette période troublée. La situation de certains patients peut se révéler critique, à terme.

Chronique que choisir_consultations et soins retardes pour cause de coronavirus_010520

Le ministre de la Santé a engagé le “plan blanc général”, depuis le 13 mars 2020, pour concentrer les moyens hospitaliers sur le traitement de l’épidémie. Dès lors, beaucoup d’opérations et consultations médicales, considérées comme non urgentes ni prioritaires, ont été annulées ou retardées.

Ces “déprogrammations” sont justifiées, bien entendu, dans cette période de forte tension sur les professionnels de santé. Mais des patients et leurs proches s’interrogent ou s’inquiètent. Après un mois, ils considèrent que leur situation devrait être évaluée à nouveau. L’UFC-Que Choisir voudrait, avec les autres associations de santé, faire évoluer les choses dans le sens d’un meilleur équilibre :

  • D’une part, il ne faut pas diminuer les moyens consacrés aux soins des patients atteints du COVID-19.
  • Mais d’autre part, le département dispose d’une offre importante en moyens sanitaires.
  • Les établissements publics sont très sollicités pour le traitement de l’épidémie, alors que les cliniques et cabinets privés d’imagerie ou d’analyses connaissent une réduction d’activité.

Cela justifierait l’organisation de réponses rapides aux autres patients, pour faciliter ensuite la sortie de crise. L’idée serait de faire prendre en charge davantage de pathologies préoccupantes par le secteur privé, sans dépassements d’honoraires. Dans cette situation, il ne faut pas hésiter à solliciter son médecin traitant, ou l’établissement de soins habituels. Au besoin, les bénévoles représentants des usagers dans les hôpitaux et cliniques seront aussi de bon conseil.

Partagez cet article

  • 0%