Chronique choisir : Préférer les piles rechargeables

Chronique Que Choisir Société

Les accus ou piles rechargeables sont un peu plus chers à l’achat, mais beaucoup plus économiques à l’usage. C’est ce que confirment les essais de QUE CHOISIR. Pourtant, les Français achètent encore beaucoup de piles jetables.

Chronique que choisir_preferer les piles rechargeables_19052020

Plus d’un milliard de piles jetables sont vendues chaque année en France. Ces modèles représentent plus de 80 % des volumes écoulés. Ce n’est pourtant pas très bon pour le porte-monnaie, ni pour la planète. Il n’est pas possible de recharger les piles boutons. Mais les piles alcalines, elles, existent en accus rechargeables, sur des appareils efficaces, durables et peu coûteux à l’achat. Pourtant, le succès et la part de marché des jetables restent des aberrations économiques et environnementales. On peut admettre l’usage de piles jetables dans les appareils qui consomment peu, comme les détecteurs de fumée ou les réveils. Ces piles fonctionnent pendant des années avant de devoir être remplacées. Si les Français se contentaient de ces usages modérés, on serait très loin des volumes observés, en parts de marchés, par rapport aux modèles rechargeables.

En fait, la dépense est peu visible, parce qu’on achète les piles jetables par quatre, mais sur l’année, la somme dépasse largement 100 €. Pourtant, les accus présentent beaucoup d’avantages. Ces modèles fonctionnent très bien par temps froid, supportent plus de 300 recharges gratuites. Ainsi, une horloge alimentée par quatre piles alcalines va coûter 134 € par an, et 54 unités jetées, alors que des piles rechargeables, amorties en 3 ans, avec le coût du chargeur réparti sur 5 ans, la dépense est de moins de 30 € sur la même durée.

Partagez cet article

  • 0%