Chronique que choisir : Après la tempête

Chronique Que Choisir Société

Régulièrement, de violents orages accompagnés de fortes rafales de vent causent d’importants dégâts. Ils ne sont pas toujours reconnus en catastrophes naturelles. L’indemnisation des victimes peut alors se révéler problématique.

Chronique que choisir_Tempête et cata_25092020

La déclaration de sinistre doit être faite auprès de l’assureur, si possible dans les 5 jours ouvrés après l’évènement, ou après en avoir eu connaissance. L’assurance en cause est celle du contrat dit de multirisque habitation. Si la garantie dite “tempête” est exigible, l’indemnisation doit intervenir dans les 3 mois. Sinon, il faudra que les pouvoirs publics prennent un arrêté de catastrophe naturelle pour obtenir une indemnisation des dégâts.

Au titre de la garantie “tempête”, l’assureur d’habitation indemnisera l’action du vent ou d’un bien renversé ou projeté par le vent. Cette garantie couvre l’immobilier, le mobilier et les objets de valeur. Elle s’étend aux dommages causés par la pluie. Elle couvre aussi un incendie causé par un court-circuit ou un autre effet secondaire de la tempête.En revanche, la plupart des polices excluent les dégâts subis par un ordinateur ou un congélateur suite à une coupure d’électricité, car ce sinistre relève d’une autre garantie, dite dommages électriques. Les plantations, abri de jardin, volets, gouttières, clôtures, vitres (sauf si le contrat prévoit le bris de glace), antenne TV sont souvent exclus également.

Les dégâts causés par de fortes rafales de vent, une inondation, une coulée de boue, un glissement de terrain, une avalanche, la sécheresse, un tremblement de terre ne donnent lieu à indemnisation que si l’événement est déclaré “catastrophe naturelle”. Il faut alors renouveler la déclaration de sinistre à l’assureur, et dans l’intervalle, les assurés ont patienté le plus souvent sans assistance ni indemnité. En revanche, les dégâts aux véhicules  (auto, moto, caravane…) sont toujours exclus de la garantie habitation. Un véhicule inondé, noyé, écrasé ou renversé, ne sera indemnisé que par l’assureur auto, à condition d’avoir souscrit une couverture complète, comportant une garantie dommages au véhicule, même sans responsable identifié.

Partagez cet article

  • 0%