Chronique que choisir: la pollution de l’air intérieur

Chronique Que Choisir Société

L’UFC-Que Choisir a été l’un des tous premiers organismes à lancer l’alerte, au début des années 2000, sur la pollution de l’air dans nos logements. Nos articles ont mis en lumière ce danger méconnu, que les pouvoirs publics prennent désormais en considération. Mais les citoyens n’en sont pas suffisamment conscients.

Chronique que choisir_LA POLLUTION DE L AIR INTERIEUR_28092020

La liste est longue

Les composés organiques volatils sont diffusés dans l’air par les  produits que nous utilisons tous les jours, dans les matériaux de cloisons, les meubles neufs, les peintures, colles et joints de bricolage, mais aussi les parfums d’intérieur et les vaporisateurs en tous genres.  Le formaldéhyde est un autre composant suspect, très présent dans les produits ménagers, et toujours autorisé. Tous ces produits empoisonnent davantage l’air de nos logements que celui de l’extérieur, même en milieu urbain.

Les mauvaises solutions

Il faut abandonner les idées fausses, à propos des effets bénéfiques du papier d’Arménie ou de l’encens (qui produit du formaldéhyde et du benzène). Les parfums d’ambiance et autres désodorisants sont tous polluants, par leurs composants irritants ou allergènes. Les bougies parfumées sont inégales et trop souvent dangereuses. Tous les vaporisateurs sont des polluants avérés.

Ce qu’il faut faire 

  • Aérer les pièces : il suffit de quelques minutes, et encore moins si l’on pratique l’aération dynamique, par un bref courant d’air dans tout le logement.
  • Se passer des produits d’entretien parfumés, des désodorisants en tous genres : beaucoup sont irritants ou allergisants.
  • Utiliser un chiffon légèrement humidifié plutôt que la bombe dépoussiérante ou les lingettes parfumées.
  • Aérer quand on nettoie, quand on bricole, et surtout après des travaux, ou l’installation d’un meuble neuf.

Partagez cet article

  • 0%