Chronique que choisir : la dispute entre les pompiers et le samu persiste

Chronique Que Choisir Société

La rivalité entre les deux services d’urgence que sont les pompiers et les SAMU est assez désolante, et spécialement française. Mais elle a la vie dure.  Un bilan de la gestion de l’épidémie vient en rajouter.

Chronique que choisir_dispute pompier samu_01102020

Ils s’appellent entre eux les rouges et les blancs : les pompiers et les hospitaliers se partagent les appels d’urgence. Cette répartition s’opère sans incident sur le terrain, où la coopération est de règle. Mais les directions nationales s’accrochent régulièrement, depuis des années. Les pompiers rêveraient du monopole de l’urgence en dehors de l’hôpital. Mais le ministère de la Santé défend farouchement la distinction entre secours et soins : si les secours relèvent des pompiers, les soins sont l’affaire des SAMU. La direction nationale des services d’incendie et de secours a produit en interne un rapport assez critique sur la gestion de la crise sanitaire par les services hospitaliers. Les pompiers dénoncent des services cloisonnés, de grosses machines qui n’ont pas les réflexes pour traiter des situations de crise. Ils estiment avoir été écartés de la mobilisation des moyens sanitaires, alors qu’ils disposent de cette culture de l’urgence.

Ainsi, la consigne générale et systématique d’appel au 15 (le SAMU) pour les cas de COVID-19, donnée par le gouvernement, a eu pour effet la saturation de ce service. Des délais d’attente moyens de 45 mn ont été relevés dans certaines régions. Au-delà de la dispute assez stérile, et d’ailleurs limitée aux directions nationales, une réorganisation du système français serait d’actualité. Chacun des acteurs a ses propres atouts : les pompiers sont au plus proche des besoins, dans les déserts médicaux ; l’hôpital dispose de l’excellence en compétences et modes de soins, qu’il faut parfois déplacer en hélicoptère.

.

Partagez cet article

  • 0%