Chronique que choisir : prescrire en clair

Chronique Que Choisir Société

Les médecins ont l’obligation de prescrire les médicaments en les nommant par leur molécule. Bien peu le font, mais il n’y a pas de conséquence légalement prévue.

Chronique que choisir_prescrire en clair_09102020

La dénomination commune internationale des médicaments (DCI) consiste à désigner les remèdes prescrits par le nom de la molécule, son dosage et sa forme. C’est une désignation scientifique. Le paracétamol, la morphine sont des DCI. Le nom commercial peut être mentionné, mais il ne vient qu’en complément. Un nom commercial pour le paracétamol est le DOLIPRANE ou le DAFFALGAN. Les médicaments génériques sont le plus souvent désignés par le nom de la molécule, donc proche de la DCI.

Les DCI sont conçues par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Une ordonnance en DCI peut donc être comprise dans n’importe quelle pharmacie, à l’étranger. A l’inverse, les laboratoires désignent souvent leurs médicaments par des noms commerciaux différents d’un pays à l’autre. La revue médicale indépendante Prescrire cite le cas d’un patient français sous PRÉVISCAN, un anticoagulant. Ce patient a reçu sous ce nom, dans une pharmacie argentine, un vasodilatateur, qui était commercialisé sous le nom PREVISCAN en Amérique du Sud. Il a été victime d’un AVC. Les professionnels de santé s’y retrouvent plus facilement avec la DCI, parce que leur nombre est plus réduit que celui des déclinaisons commerciales. En outre, la rédaction en DCI permet de repérer facilement la famille du médicament, comme “ciline”, “prazole”, “statine”.

Partagez cet article

  • 0%