Chronique que choisir : les nuances de la distanciation sociale

Chronique Que Choisir Société

La distance d’un mètre au moins entre les personnes est une des consignes de sécurité contre le coronavirus. Mais des études montrent que cette règle est insuffisante dans certaines situations. En tout cas, il existe des facteurs aggravants de contamination, même à distance.

 Chronique que choisir_Distanciation sociale nuances_05112020

La distanciation comme protection contre la contagion doit être nuancée, car elle ne suffit pas toujours. C’est ce que suggèrent plusieurs études médicales, qui restent à confirmer. Certains facteurs de risques sont à prendre en considération, pour redoubler de vigilance, même à un mètre de distance des autres. Le temps de promiscuité détermine une aggravation du risque, au-delà de 15 minutes. L’aération ambiante joue aussi un rôle : on a plus de chance de ne pas être contaminé à l’extérieur, ou dans une pièce bien ventilée, à condition d’un renouvellement continu de l’air intérieur.

On sait que les gouttelettes transmises par la parole ou la toux sont les principaux porteurs du virus. Mais une forte respiration pourrait être aussi porteuse. C’est la situation des sportifs en contact avec leurs partenaires d’activités en salle, mais aussi du chant choral. Les auteurs de cette étude résument leurs recommandations en croisant les facteurs : distance, parole ou respiration, aération, et durée de proximité avec les autres. Ainsi, il y aurait moins de risques dans une salle climatisée où l’on ne se parle pas, comme le cinéma.

Partagez cet article

  • 0%