Chronique que choisir : aider ses enfants financièrement

Chronique Que Choisir Société

Les parents peuvent aider leurs enfants, y compris financièrement, quand ils en ont les moyens. Cette entraide familiale est même encouragée par la fiscalité. Le tout est de ne pas attiser la jalousie entre héritiers.

chronique que choisir_Aider ses enfants_26112020

Beaucoup de jeunes sont gravement touchés par le ralentissement des activités économiques. Lorsqu’ils le peuvent, les parents voudraient aider leurs enfants ou petits enfants. Cependant, il vaut mieux connaître les règles, pour éviter que la solidarité générationnelle ne provoque des complications familiales.

Les parents peuvent d’abord offrir un équipement, même important, comme un scooter ou une voiture. Cela s’appelle un “cadeau d’usage”. Ce don est dispensé de toute fiscalité, si cela reste exceptionnel, lié à un évènement particulier (anniversaire, mariage). Il faut que sa valeur soit proportionnée aux ressources et au besoin. Enfin, il sera plus prudent d’expliquer en famille sa justification, et s’assurer qu’il n’y a pas de jalousie. A défaut, ce geste pourra être dénoncé dans la succession du donateur, et son montant venir diminuer la part d’héritage du bénéficiaire.

L’aide peut aussi prendre la forme d’un versement régulier. Il s’agit alors d’une pension alimentaire. C’est conforme aux obligations civiles de secours entre proches. C’est également déductible des revenus de celui qui donne, dans la limite de 500 à 600 € par mois environ. Mais il y a deux conditions : d’une part, le bénéficiaire doit être clairement dans le besoin (pas seulement en CDD ou au SMIC), et il doit déclarer lui-même ce revenu complémentaire. On peut encore aider ses enfants en leur fournissant un logement. Il n’y a pas d’incidence fiscale si aucun loyer n’est exigé. En contrepartie d’un loyer même modeste, les charges de propriété seront déductibles pour les parents.

Partagez cet article

  • 0%