Chronique que choisir : le déclin du réseau cuivre

Chronique Que Choisir Société

La vidéo par internet est en train de remplacer le téléviseur, pour une grande partie de la population jeune. De même, la fibre et la téléphonie mobile vont remplacer le réseau téléphonique filaire. L’abandon complet de ce réseau est programmé.

Chronique que choisir_Réseau cuivre en déclin_17122020

Le télégraphe a été remplacé par le téléphone. Le mail a fait disparaître le télex, puis le fax ou la télécopie. De même, le téléphone par fil n’est plus une technologie soutenable. Le développement des relais de télécommunications mobiles et de la fibre va rendre trop coûteux le maintien et l’entretien du réseau filaire en cuivre. L’abandon de cette technologie sera progressif, à partir de 2022. Sa disparition totale et définitive est prévue en 2030. Pourtant, d’ici là, nombreux sont les usagers qui ont besoin de leur prise téléphone en T. C’est le point de connexion domestique pour les boîtiers ADSL, c’est-à-dire l’équipement qui supporte le téléphone fixe, internet et la télévision en ligne.

Ce réseau public est composé aujourd’hui de câbles (1 million de km), poteaux (15 millions d’unités) et terminaux domiciliaires (30 millions de prises). Il comporte aussi d’importants équipements de relais électroniques. Selon le gestionnaire (FRANCE TELECOM, devenu ORANGE), sa maintenance coûte environ 500 millions d’euros par an. Dans ce contexte, les signalements de retard à l’installation ou la réparation d’une ligne fixe sont de plus en plus nombreux. Des usagers qui viennent d’emménager dans un logement neuf, ou d’autres frappés par un accident de réseau, sont exaspérés par l’inertie du gestionnaire public. Dans ce cas, c’est l’Autorité de régulation qu’il convient d’alerter. L’ARCEP recueille les signalements transmis par voie postale ou sur son site (arcep.fr). Elle procède à une enquête, et peut infliger à ORANGE de lourdes amendes, en cas de manquement à son obligation de maintenance.

Partagez cet article

  • 0%