Chronique que choisir : les dates limites

Chronique Que Choisir Société

Les emballages alimentaires précisent obligatoirement une date de consommation. Mais il faut distinguer les produits frais, et les autres, car le sens de cette date n’est pas du tout le même. Dans un cas, il y a un risque pour la santé, dans l’autre un gaspillage certain.

Chronique que choisir_Dates limite_05012021

Date limite de consommation, c’est un risque

La mention de DLC est “A consommer jusqu’à tel jour du mois“. Cette date est plutôt impérative. Elle concerne uniquement des aliments périssables, ou produits frais. Au-delà de cette date, le produit est périmé, et à plus forte raison s’il n’a pas été conservé dans de bonnes conditions. En réalité, le danger n’est pas le même pour tous les produits frais : les laitages fermentés restent consommables plusieurs jours après la date limite, sans véritable risque d’intoxication. Si l’on veut congeler ce produit, il ne faut surtout pas attendre le dernier jour, mais le faire au plus tôt. Un produit frais périmé doit être retiré de la vente. Les grands magasins pratiquent désormais le retrait anticipé de quelques jours, pour vendre prix réduit ces produits en date limite proche.

 

Date limite d’utilisation optimale, c’est une préférence

La mention de DLUO est “A consommer de préférence avant tel jour, tel mois ou telle année“, selon la durée normale de conservation. Le produit est périmé au sens du goût (le café perd son arôme), de la stabilité (les biscuits sont un peu ramollis ou fades), ou de la teneur en vitamines (pour les pots de bébés par exemple). Il ne faut donc surtout pas jeter les aliments dont la date optimale est dépassée : c’est un gaspillage inutile. Un produit sec périmé n’a pas à être retiré des rayons, en tout cas ce n’est pas sanctionnable : il n’y a pas de danger pour la santé.

Partagez cet article

  • 0%