Chronique que choisir : de l’intérêt des voitures électriques d’occasions

Chronique Que Choisir Société

La voiture électrique a la cote chez les particuliers comme dans les entreprises. Si les prix restent élevés, les primes à l’achat en neuf permettent de réduire le coût. Mais le marché de l’occasion pour ces véhicules est devenu très intéressant. En outre, les risques de défaut sur un modèle électriques sont moindres que pour un moteur thermique.

Chronique que choisir_les voitures électriques d’occasion_29012021

Les véhicules électriques ne présentent pas seulement des avantages pour l’environnement. Par rapport aux motorisations thermiques (diesel, essence ou hybrides), ils sont plutôt moins chers à l’usage (énergie et entretien). Mais ce sont aussi des modèles moins coûteux, et en meilleur état, avec un achat d’occasion. Ainsi, le site de vente en ligne ARAMIS a constaté un doublement des demandes de voitures électriques en occasion. On peut y comparer une RENAULT ZOË au prix de 32.000 € en neuf, avec le même modèle en occasion (2014, 35.000 km) pour seulement 8.000 €. Le bonus écologique s’applique aussi pour un achat d’occasion, soit une réduction de 1.000 €.

L’achat d’occasion pour une voiture électrique est donc une bonne formule en termes de prix. Mais c’est aussi un achat plus sûr par rapport à un modèle thermique. En effet,  les véhicules électriques sont généralement en meilleur état qu’un véhicule classique comparable (même âge et kilométrage). D’une part, les équipements de transmission sont moins sollicités en électrique (conduite plus souple, récupération d’énergie au freinage). D’autre part, la mécanique générale est beaucoup plus simple dans sa configuration (sans boîte de vitesses, ni transmission, carburation, allumage ou circuit d’huile).

L’organe essentiel à vérifier est la batterie, sans oublier son câble de recharge. Le mieux pour cela est de faire établir le diagnostic par un professionnel, qui délivre un certificat attestant de sa capacité de charge. Il suffit alors de comparer avec la garantie du constructeur (généralement 70 % au bout de 8 ans ou 160.000 km), pour négocier le prix en cas de non-conformité.

Partagez cet article

  • 0%