Chronique que choisir : le crédit en berne

Chronique Que Choisir Société

Le crédit pour financer l’achat d’un logement évolue. Les conditions sont devenues plus sévères pour les ménages, et les refus de prêt augmentent depuis la crise sanitaire. Du coup, l’autorité de régulation desserre un peu les contraintes.

Chronique que choisir_le crédit est en berne_04022021

L’immobilier se porte plutôt bien, malgré les difficultés résultant de la crise sanitaire. Depuis plusieurs années, cette tendance favorable est soutenue par des taux de crédits historiquement bas (moins de 2 %). Mais les prix des logements évoluent en sens inverse : ils augmentent ou se maintiennent à des niveaux plutôt élevés, dans le neuf comme dans l’ancien, au moins en ville. L’autorité qui régule ce marché, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), avait durci les conditions pour les banques, afin de réduire surtout les durées d’engagement des ménages. L’endettement était limité à 33 % des revenus stables, sur un délai de 25 ans.  

L’épidémie accentue l’effet de ces contraintes sur le comportement des banques, qui ont refusé davantage de prêts aux particuliers. Elles ont donné la priorité aux besoins des entreprises, et appliqué assez strictement les nouvelles consignes. Aussi, le HCSF vient d’assouplir les règles, en décembre 2020 : 35 % d’endettement, sur 27 ans maximum, avec 20 % de dérogations possibles sur le volume total accordé.

Ces mesures pourraient permettre aux consommateurs d’accéder plus facilement au crédit pour devenir propriétaires. Mais il faut toujours des revenus stables, et des ambitions raisonnables. Le but est aussi de soutenir le marché de l’acquisition de leur logement par les ménages, dans un contexte difficile pour tout le monde.

 

Partagez cet article

  • 0%