Chronique que choisir : Les huiles à préférer

Chronique Que Choisir Société

Les huiles végétales sont nombreuses, mais inégales en intérêt nutritionnel. En définitive, trois d’entre elles méritent vraiment la préférence, et plutôt en usage alterné. D’autres sont franchement sans intérêt.

Chronique que choisir _trois huiles à préferer_02032021

L’idéal, avec les huiles de cuisine, est de privilégier celles riches en oméga, indispensables à notre organisme, et qu’il ne sait pas fabriquer. En revanche, les huiles à forte teneur en acides gras saturés sont plutôt néfastes pour la santé.

L’huile de tournesol est riche en oméga 6, alors que notre alimentation en fournit déjà beaucoup. C’est pourquoi le mieux est de privilégier olive, colza et noix.

L’huile d’olive est composée surtout d’oméga 9, s’utilise à chaud ou à froid, et apporte aussi des antioxydants utiles contre le diabète, le cancer, les maladies cardiovasculaires. Mais elle ne contient pas du tout d’oméga 3, c’est son seul défaut.

L’huile de colza présente deux avantages : elle est riche en oméga 3, et d’un prix très abordable. Mais elle s’utilise uniquement à froid, donc en salade, car son goût s’altère à la cuisson, dans une note de chou peu agréable.

L’huile de noix est très riche en oméga 3, et apporte aussi de la vitamine E, précieux antioxydant, comme dans l’huile d’olive. Mais elle a aussi une forte teneur en oméga 6, ne supporte pas la cuisson, et ne se conserve pas très longtemps. En outre, son prix est plus élevé que celui de l’huile de colza. L’huile de coco est à la mode, mais la publicité qui soutient cette tendance est assez trompeuse. Sa teneur en acides gras saturés (80 %) est plus élevée que celle du beurre (63 %).

Partagez cet article

  • 0%