Philo & co : Aux origines de l’ascétisme avec Damien le Guay – 1/5

A la Une Philo & co Société

Depuis le 17 février, les catholiques ont entamé la période du carême, période traditionnellement marquée par le jeûne. Cette idée du jeûne, qui pour certains est une réalité très concrète soulève en elle-même la question de l’ascétisme.

Philo & co_l’ascétisme avec Damien Le Guay_05032021

En ai-je vraiment besoin ? Voilà la question que tous sont invités à se poser durant ce temps de Carême. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’ascèse est couramment rattachée à diverses religions, mais que son usage n’est pas limité à celles-ci. Alors aujourd’hui dans Philo & co, nous approfondissions cette notion : qu’est-ce que l’ascétisme ? Chez quels auteurs trouve-t-on cette discipline volontaire du corps et de l’esprit ? Et est-ce que l’ascétisme nous apporte aujourd’hui ? Est-ce que les confinements successifs nous ont apporté à propos de l’être et de l’avoir ? Pour répondre à toutes ces questions, l’invité de cette mini série consacrée à l’ascétisme est Damien Le Guay, philosophe et critique littéraire, maître de conférences à HEC Paris et à l’Institut des relations publiques et de la communication (IRCOM) aux Ponts-de-Cé et auteur de 41 exercices d´hygiène spirituelle : Sortir des impasses du développement personnel, aux éditions Salvator.

Dans ce premier épisode (sur cinq), nous nous posons la question de l’origine de cette discipline physique et intellectuelle ? D’où vient l’ascétisme ? Est-c’est d’abord une pratique, avant de devenir un fondement à pour des courants philosophiques et religieux ? Pour le christianisme, on retrouve cette notion dans l’évangile de Saint-Luc, mais aussi dans les textes hérités des pères du désert, nous apprend Damien Le Guay. En effet, pour Cassien ou Antoine de désert, qui pratiquent l’érémitisme, il n’est de bonheur accessible que dans l’expérience du retrait du monde et l’ascèse. Quel rapport avec le stoïcisme ? Réponse dans l’épisode deux !

Partagez cet article

  • 0%