Chronique que choisir : le palmarès des assurances vie de 2020

Chronique Que Choisir Société

L’assurance-vie n’est plus un placement avantageux sur la durée. Depuis plusieurs années, les rendements sont très modestes. Mais en 2020, pour les fonds en euros (garantis en capital), la rémunération n’a pas dépassé 2 %, et la moyenne s’établit plutôt à 1 %.

Chronique que choisir_ palmarès assurance vie 2020_12032021

La crise sanitaire a réduit encore les performances bien décevantes de l’assurance-vie. C’était prévisible, et la baisse est continue, pour les contrats placés entièrement en euros : 1,45 % de moyenne en 2019, et seulement 1 % en 2020. Pourtant, ce placement ne présente au moins aucun risque, à la différence des contrats en unités de compte, qui varient avec la Bourse, et dont le capital a fondu, au désespoir de beaucoup d’épargnants. Les mutuelles sont les organismes dont les produits d’assurance-vie présentent encore les meilleurs résultats, comme AFER (1,7 %), GMF (1,65 %) ou MAIF et MACIF (1,30 % environ). Les plus mauvais rendements s’observent sur les contrats CNP de la BANQUE POSTALE, ou ceux des BANQUES POPULAIRES et CAISSE D’ÉPARGNE (BPCE).

Les assureurs sont devenus très réticents pour proposer de nouveaux contrats entièrement composés en euros, qui ne leur rapportent rien. Il est plus rentable pour eux de vendre des produits plus risqués, avec promesses sans lendemain, et frais de gestion garantis. Ainsi, l’on peut désormais déconseiller absolument d’épargner en assurance-vie. Ce placement ne présente plus d’intérêt financier que dans une logique de transmission successorale (donation ou héritage, sans taxation pour les versements effectués avant 70 ans).

Partagez cet article

  • 0%