Chronique que choisir : Le nouveau diagnostic énergétique

Chronique Que Choisir Société

La fiabilité du diagnostic énergétique s’améliore, pour les logements anciens. Il était temps, car ce certificat était vraiment sans intérêt, tant il pouvait varier d’un professionnel à l’autre. Les nouveaux critères pris en compte portent sur l’isolation du bâti et le système de chauffage.

Chronique que choisir_ Nouveau diagnostic énergétique_13042021

Le diagnostic de performance énergétique (ou DPE) est obligatoire pour la vente ou la mise en location d’un logement, neuf ou ancien. Ce certificat est assez fiable dans le neuf, parce qu’il repose sur des critères de structure du bâtiment.  Dans l’ancien, il ne tenait compte que des factures d’énergie payées par l’occupant, et à défaut, de la consommation mesurée par les compteurs. C’était bien maigre, et cela change :

  • D’abord, le diagnostic était jusqu’ici purement indicatif, mais il devient opposable. Cela veut dire que l’acheteur ou le locataire peuvent exercer un recours contre le vendeur ou le bailleur, si la dépense énergétique est largement supérieure à celle annoncée, selon un nouveau Ainsi, les anomalies, erreurs ou discordances entre diagnostiqueurs seront désormais sanctionnées, au moins pour des écarts importants.
  • Ensuite, les émissions de gaz à effet de serre sont prises en compte, et deviennent déterminantes sur le résultat. Ce critère dépend de l’énergie de chauffage (le fioul peut aggraver sévèrement le score).
  • Enfin, le diagnostic ne se contente plus d’une indication de performance ou de pollution par une lettre de A à G. Il fournit aussi une estimation du coût annuel en énergie.

Parmi les conséquences, le nouveau critère climatique peut modifier considérablement le résultat, sans améliorer ce qu’on appelle la performance énergétique, c’est-à-dire la dépense annuelle pour chauffer normalement le logement. Ainsi, le chauffage en tout électrique (donc sans émission directe de gaz à effet de serre) va améliorer le score (qui peut passer de F à E, par exemple), sans diminuer la dépense si le logement reste mal isolé. A l’inverse, un logement chauffé au fioul va prendre une mauvaise note, pour une dépense en chauffage assez modeste.

Partagez cet article

  • 0%