Chronique que choisir : les faux remèdes au coronavirus

Chronique Que Choisir Société

La rumeur présente la vitamine C ou le zinc comme des remèdes efficaces contre le coronavirus. Mais cette allégation est probablement manipulée par des intérêts commerciaux. En tout cas, aucune recherche sérieuse n’a confirmé cet effet immunisant, pas plus que pour la vitamine D.

Chronique que choisir_les faux remèdes coronavirus_28042021

L’épidémie a stimulé la recherche scientifique, et de nombreuses expérimentations ont été menées pour valider des traitements préventifs. Certes, des oligoéléments comme le zinc, ou les vitamines C et D, sont connus pour renforcer certaines défenses de l’organisme. Ils font donc partie des pistes explorées pour mettre au point des thérapeutiques de protection contre le coronavirus, en particulier. On sait que le zinc est un composant alimentaire essentiel pour notre santé. La vitamine C est également irremplaçable pour l’énergie dépensée. L’apport en vitamine D est indispensable à notre équilibre général. Mais aucun de ces apports par des suppléments alimentaires ne protège efficacement d’une infection par le coronavirus, selon les dernières études internationales engagées, dont certaines d’ailleurs ont été interrompues avant terme, faute de résultats.

Il n’y a pas de risque à absorber une trop grande quantité de vitamine C, car elle est évacuée dans les urines. Son seul inconvénient peut être la dégradation du dosage de glucose, chez les diabétiques. En revanche, un surdosage en zinc peut avoir des conséquences indésirables, essentiellement par des troubles digestifs (vomissements et diarrhées). De même, un excès de vitamine D peut augmenter le taux de calcium dans le sang, et provoquer des calculs rénaux. Ainsi, une automédication par suppléments de zinc, vitamine C ou vitamine D n’est pas recommandée. Ces apports supplémentaires ne devraient être prescrits que sur prescription médicale, et sûrement pas pour se protéger contre l’épidémie de COVID.

Partagez cet article

  • 0%