Un jour une vie avec Jean-Marc Bloch, un des plus grands flics de France

Société Un jour, une vie

 

Ce mois ci jean-Marie Roussière reçoit Jean-Marc Bloch, « citoyen, ancien policier,…“.

LA CRIME, ANTIGANG, PRISES D OTAGES, ENLEVEMENTS, ATTENTATS, MONDAINE

Un jour une vie_JEAN MARC BLOCH_Mai 2021

Après son parcours de mai 68 avec les bastons, les lacrymos et les barricades, Jean-Marc Bloch, étudiant en droit, enchaine les petits boulots, livreur, chauffeur de maître.

Sa mère travaillant à la préfecture, il arrive en juillet 1970, au 36 quai des orfèvres à Paris.

Comme le veut la tradition, on l’équipe d’un flingue, 6 cartouches, une paire de menottes, une clef d’amortisseur avec la réflexion du commissaire qui le reçoit: Qu’est ce que je vais faire de vous ?»

D’abord placé au guichet, il gère les mains courantes, les plaintes et tout le travail administratif, apprend à taper à la machine et enregistre les misères du quotidien des gens qui viennent, avec les gardes à vues sans avocats ni médecins, sans témoin pour se mettre à table, on utilisait les grands moyens, confesse t’il

Reçu au concours de commissaire, Jean-Marc apprend le métier  plus précisément sans dépasser la ligne blanche pour être un bon flic, avec des rencontres étonnantes qu’il évoque dans un sourire d’une voix rauque : Louis de Funès, Claude Zidi, Gainsbourg, Dutronc, Yves Rénier.

A son époque la basse cour Poulaga représentait pour lui le travail sérieux mais à la bonne franquette, de la détente aussi avec des parties de pétanques dans le couloir et la question du jour  la plus importante : Qu’est ce qu’on bouffe a midi ?

En 1982,c’est la consécration, le commissaire Broussard l’appelle pour être son numéro2, responsable de la brigade antigang et participer aux entrainements de jours comme de nuits, varappes, encagoulés sur les façades d’immeubles avec 60hommes. Jean-Marc Bloch est au cœur de l’action dans une actualité toujours plus terrible :

Fuite de gaz le 17 février 78 faisant 17 morts et 100 blessés, le groupe action directe, la bombe chez Tati, la prise d’otage de 21 enfants dans une école maternelle par Eric Schmitt, le tueur en série Thierry Paulin et l’affaire Estelle Mouzin toujours non élucidée.

Après une affectation à l’IGPN (la police des polices) la retraite arrive, mais elle n’est pas pour lui, son livre »Des deux côtés du miroir» de 240pages raconte sa vie simple d’un homme ordinaire ayant traité des choses extraordinaires et la télévision France 2, le demande pour être coprésentateur de 60 émissions du magazine « non élucidé »

A la dernière question de Jean-Marie Roussière :

De Ligones est-il toujours en vie ? il répond je l’imagine caché aux Etats- Unis et Michel Fourniret garde de bien d’autres secrets. 

Partagez cet article

  • 0%