Chronique que choisir : déclarer ses revenus numériques

Chronique Que Choisir Société

Lorsqu’un particulier tire des revenus avec une activité en ligne, même non déclarée comme professionnelle ou lucrative, ces rémunérations sont imposables. Il n’est guère possible d’y échapper, puisque les plateformes transmettent l’information au fisc. Mais il y a quelques exonérations.

Chronique que choisir_déclarer ses revenus numériques_17052021

Les utilisateurs occasionnels ou permanents des plateformes collaboratives (comme AIRBNB, ABRITEL ou LEBONCOIN) découvrent sur leur déclaration de revenus le montant de leurs recettes déclarées par ces intermédiaires comme imposables sur les revenus, au même titre que leur salaire ou leur retraite. En effet, tous les acteurs numériques de l’économie collaborative entre particuliers sont tenus à cette obligation de “tiers déclarant”, comme les banques ou les employeurs.

Tout le monde n’est pas vraiment concerné :

  • D’abord, si ces activités sont très occasionnelles, leurs revenus ne sont pas imposables (inférieurs à 3.000 €, ou moins de 20 transactions dans l’année).
  • Ensuite, la participation aux frais dans certaines activités partagées, comme le covoiturage, n’est pas imposable. L’indemnité facturée par les abonnés de BLABACAR à leurs passagers n’est donc pas taxable, mais sous certaines conditions.
  • Enfin, le produit des ventes de biens personnels est écarté de l’impôt sur le revenu, en principe. Les habitués de VINTED ou LEBONCOIN sont donc exonérés, sauf dépassement des limites.

Il y a tout de même des limites à ne pas dépasser :

  • La vente de biens personnels pour une valeur de 5.000 € et plus, ou celle de métaux précieux, sont soumises à des taxations particulières.
  • Le covoiturage n’est exonéré que s’il porte sur un déplacement personnel (de travail ou de loisirs), et si le tarif appliqué aux passagers est conforme au barème fiscal des frais réels.
  • Toute activité lucrative habituelle, même entre particuliers, est imposable comme un revenu professionnel. C’est le cas pour la location de logement (y compris dans la résidence principale) sur AIRBNB, ABRITEL, de l’offre de menus services au domicile, lorsque ces activités sont régulières et procurent un complément de revenu.

Partagez cet article

  • 0%