Chronique que choisir : Changer d’assurance de crédit

Chronique Que Choisir Société

Changer d’assurance emprunteur, en particulier sur un crédit immobilier, est possible depuis 20210. Cette démarche est devenue beaucoup plus facile encore depuis 2018. Mais les Français sont encore peu nombreux à s’engager dans la permutation d’assureur, alors qu’ils ont dû le plus souvent accepter la formule imposée par la banque.

Chronique que choisir_ Assurance – Changer l’assurance du crédit_21062021

Plus de 80 % des emprunteurs ont gardé l’assurance souscrite avec la signature de leur crédit pour le financement de leur logement. C’est pourtant le plus souvent une garantie coûteuse, imposée par la banque pour l’octroi du prêt. Mais ceux qui ne savent pas comment s’y prendre sont également dans la même proportion. C’est donc principalement une question d’information, plutôt que de fidélité. C’est pourtant facile, et avantageux. D’ailleurs, dans près d’un cas sur deux, ceux qui ont franchi le pas se sont fait aider par une association ou un courtier.

Pour les emprunteurs dont la charge de remboursement est devenue difficile à porter, en raison d’imprévus, changer d’assurance est une solution au moins partielle, mais durable. L’économie sur la durée est de 4.500 € en moyenne. Cela représente une réduction de 20 à 50 € par mois, selon le montant emprunté et le délai d’amortissement. Le plus simple et le plus efficace est de se tourner vers un courtier. La rémunération du mandataire reste minime, par rapport au gain en cotisation d’assurance, sur la durée d’amortissement du crédit. Plusieurs grands assureurs mutualistes, dont l’activité n’est pas la banque, proposent ce service avec une filiale spécialisée, comme SÉCURIMUT chez MACIF.

L’un des problèmes reste de trouver l’assurance équivalente. C’est facile dans la plupart des cas, mais cela peut devenir coûteux avec les dernières exigences des banquiers, sur les crédits accordés récemment. On observe en effet que l’exigence d’une garantie perte d’emploi se généralise, même pour des fonctionnaires titulaires, ce qui est un comble. Cette garantie est coûteuse, donc son alternative en dehors de la banque le sera aussi. L’autre difficulté fréquente est le choix de la date, car la résiliation de l’assurance sur le crédit en cours, après la première année de signature, doit intervenir à l’anniversaire de l’assurance. Celle-ci n’est pas forcément la même que celle de signature du crédit. Pour surmonter cette objection de la banque, il suffit d’anticiper la démarche de quelques semaines, par rapport à la signature du crédit.

Partagez cet article

  • 0%