Philo & co : Vaincre sa xénophobie – Avec Alain Policar – 4/4

Philo & co Société

Dans l’actualité de ces derniers jour, nous avons appris que le gouvernement français compte créer 800 nouvelles places d’hébergement dédiées aux réfugiés  « les plus vulnérables ».

Philo&co_Policar 4.4_2409202

Ces places s’ajouteront aux quelque 9 000 déjà ouvertes sur tout le territoire national. Le gouvernement reconnaît par ailleurs des « difficultés » d’accès aux préfectures pour les étrangers. Le délégué interministériel chargé de l’accueil et de l’intégration des réfugiés a reconnu la difficulté que pouvait représenter l’accès à la préfecture pour les étrangers.  Après la prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan, ce sont près de 2 800 Afghans qui ont été évacués vers la France et qui risquent de se heurter à ses difficultés. Alors face à cette actualité, Philo & co s’interroge sur le rapport philosophique que nous entretenons avec ceux qu’on nomme « étrangers ». La xénophobie est t’elle naturelle ? Comment concilier une identité culturelle et l’appartenance universelle à l’humanité ? Pour répondre à ces questions, Philo & co reçoit Alain Policar, chercheur associé au Cevipof (Centre de recherche politique de Sciences Po) et Docteur en science politique (IEP de Paris).

Nous avons vu ensemble dans les précédents épisodes que la figure de l’étranger porte en elle une ambivalence qui hésite entre crainte et accueil. Cette sidération devant l’autre nous renvoi à notre propre possibilité d’être un étranger nous-même. Reconnaître l’autre, c’est reconnaître l’humain derrière l’étranger. Notre humanité commune suppose que nous avons des devoirs les uns envers les autres, en dépit des frontières nationales contingentes, comme le défendait déjà le philosophe Emmanuel KANT au 18e siècle. Une philosophie qui a inspiré le cosmopolitisme contemporain d’Alain Policar, vous l’entendrez en ré-écoutant le dernier épisode de philo & co. Et pour clore ce sujet, nous terminons à propos du cosmopolitisme comme réponse philosophique pour mieux gérer notre peur de l’étranger.

Pour aller plus loin :  
« Comment peut-on être Cosmopolite » aux éditions Le Bord de l’eau, 2018.

Illustration : Le dernier retour, Hippolyte Dominique BERTEAUX, Crédit photographique : Alain Guillard/Musée d’arts de Nantes

Partagez cet article

  • 0%