Philo & co : les relations internationales, une complexité – avec Frédéric Ramel – 1/5

A la Une Philo & co Société

L’actualité de ces derniers temps a été marquée par “la crise des sous-marins” entre le France et l’alliance anglo-saxonne Australie / Royaume-Unis / États-Unis. Une crise qui pose de nombreuses questions sur ce qu’il était attendu (une convention) et ce qui est arrivé (une rupture).

Philo & co_Les relations internationales avec Frederic RAMEL_01102021_01

L’Australie a annoncé, le 15 septembre et sans préavis, lancer une alliance, appelée « Aukus », avec le Royaume-Uni et les Etats-Unis – déclenchant la colère de la France. Ce partenariat, qui implique la construction en Australie de sous-marins nucléaires en étroite collaboration avec les Britanniques et les Américains, se fait au détriment des Français, avec lesquels Canberra avait déjà signé un contrat, en 2016, pour la livraison de sous-marins. Une volte-face perçue comme une trahison par la France et qui représente un séisme géopolitique.

Il est intéressant de noter que cette crise géopolitique relève en partie de l’affect. On peut noter de la colère, de la désolation, et une rupture de confiance parmi les termes utilisés par le gouvernement. Pour prendre un peu de recul sur ce dossier, je vous propose d’entendre aujourd’hui Fréderic Ramel, Professeur agrégé des universités, Directeur du département de science politique de Sciences PO Paris et auteur de Philosophie des relations internationales (Presses de Sciences Po, 2011) et L’Attraction mondiale (Presses de Sciences Po, 2012). Il travaille actuellement sur un livre qui devrait paraître en 2022 sur le thème de la bienveillance. Il déclarait dans une interview à Philomag en février 2021 pressentir que les rapports internationaux s’inscrivent dans une équation bien plus vaste que des calculs rationnels. Nous verrons ensemble dans ce premier épisode que les rapports sociaux dans les relations internationales sont bien complexe, à l’image d’un iceberg dont on ne voit que la partie immergée.

Image: Marine d’après Ludolf BACKHUYSEN Crédit photographique : Alain Guillard/Musée d’arts de Nantes

Partagez cet article

  • 0%