Chronique que choisir : Il y’a trop d’additifs dans les plats industriels

Chronique Que Choisir Société

Les aliments de l’industrie sont généralement appétissants. Mais leur composition est largement artificielle, avec les multiples additifs utilisés dans leur préparation. L’accumulation et les soupçons pour la santé en font un mélange inquiétant.

Chronique que choisir_Trop d’additifs dans les plats industriels_03122021

Certains additifs sont interdits dans les produits ultratransformés, comme le dioxyde de titane, d’autres sont très suspects, comme les nitrites. L’industrie cherche à rassurer sur ces adjuvants utiles aux fabrications, mais risqués pour notre santé. Ils prétendent que les quantités absorbées sont négligeables. C’est un mensonge, selon une étude de scientifiques français, qui a croisé la composition de plats préparés avec les consommations déclarées par un panel d’environ 100.000 personnes.

Les chercheurs aboutissent à un volume absorbé équivalent à 2 morceaux de sucre par jour, soit une masse de 4 kg par an. Cette quantité correspond au citoyen moyen. Elle atteint plus du double chez les gros consommateurs de sodas, pizzas et autres burgers industriels (5 % de la population française). Certes, dans ce volume d’additifs, tout n’est pas dangereux pour la santé. L’acide citrique par exemple, domine largement dans ces composants, et ne présente aucun risque avéré. En revanche, l’amidon modifié est également très présent, alors qu’il est considéré comme favorisant des maladies rénales et cardiovasculaires dans plusieurs de ses variantes.

Au total, c’est un tiers des additifs les plus fréquents absorbés par les Français amateurs d’aliments industriels qui sont suspectés d’effets néfastes pour leur santé. Ils sont en tout cas notés “peu recommandable” ou “à éviter” dans le référentiel de l’application QUEL PRODUIT. Les rédacteurs de cette étude soulignent que leurs résultats montrent surtout une exposition alarmante pour près de 10 % de la population.  Leur alimentation trop riche en produits ultratransformés leur fait dépasser le seuil de risque défini par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Partagez cet article

  • 0%