Chronique que choisir : Réparer davantage les appareils domestiques

Chronique Que Choisir Société

La fabrication d’appareils électroménagers ou électroniques produit beaucoup de déchets difficilement recyclables, faute de réparation systématique. L’industrie freine toute évolution, malgré quelques bons exemples et la pression de la loi. Les consommateurs ne sont pas non plus bien disposés pour changer leurs habitudes.

Chronique que choisir_Réparer davantage les appareils domestiques_20012022

Certes, la volonté des pouvoirs publics et la sensibilité de l’opinion vont bien dans le sens d’une économie circulaire, privilégiant le remploi des appareils plutôt que le jetable. Mais les mentalités et les comportements des consommateurs ne sont guère en phase. On observe pourtant un accroissement du recyclage entre particuliers. Ainsi, les appareils périmés mais fonctionnels se retrouvent plus souvent réutilisés dans la famille, ou proposés d’occasion, voire donnés aux associations. Mais il reste difficile de faire réparer. Souvent, le client est découragé par les contraintes (le déplacement ou le transport) ou un coût trop élevé. Les solutions de réparation non marchande manquent aussi, en dehors des grandes villes.

Les solutions pour allonger la durée de vie des appareils domestiques sont à rechercher aussi ailleurs. Ainsi, l’allongement de la garantie légale de conformité, jusqu’à 5 ans au lieu de 2, a été envisagé par un récent projet de loi pour réduire l’empreinte environnementale du numérique. Mais cette mesure a été supprimée sous la pression des industriels français. Pourtant, certains fabricants donnent le bon exemple. C’est le cas de SEB, qui rationalise la commercialisation de ses pièces détachées, et intègre la réparation dès la conception du produit. L’indice de réparabilité des produits accentue aussi cette tendance au prolongement de l’usage dans le temps. La France est le premier pays en Europe à engager cette démarche. Elle associe l’ensemble des partenaires concernés (consommateurs et fabricants). Cet indicateur s’appliquera progressivement, mais obligatoirement, sur l’étiquetage des appareils domestiques. Il concerne les équipements de la maison, du jardin, et l’électronique.

Partagez cet article

  • 0%