Chronique Que Choisir : Commerce : carte cadeau “fait en France”, pas au point

Chronique Que Choisir Société
Une nouvelle carte cadeau est apparue, pour soutenir l’industrie française. L’idée profite de la tendance croissante des consommateurs à privilégier les produits nationaux. Mais de nombreux ratés discréditent cette formule, qui n’a pas trouvé son public.

Commerce carte cadeau fait en France pas au point 280322

Le thème de la préférence nationale pour les achats domestiques avait été lancée il y a dix ans par un ministre de la production industrielle, et ce phénomène a été amplifié par la crise sanitaire.

Le marketing toujours inventif a eu l’idée de lancer la Carte française : un ticket de 30 à 150 €, réservé à des achats en magasins ou en ligne, auprès de commerçants catalogués comme vendant majoritairement des produits fabriqués en France. Elle existe en version matérielle (format carte bancaire) et numérique (application sur smartphone).

En réalité, le succès se fait attendre (moins de 30.000 exemplaires vendus), en raison de nombreux et graves défauts :

  • D’abord, les deux versions ne sont pas équivalentes, puisque la carte à puce est indispensable en magasin, et l’application seulement valable pour un achat en ligne.
  • Ensuite, le montant des achats en ligne est plafonné à un montant assez faible (150 €), qu’il faut convertir en code promotionnel pour le déduire d’un panier de commande plus élevé. En outre, cette limite n’apparaît au client qu’au moment de régler son achat, ce qui l’oblige à contacter le service client, complètement débordé.
  • Enfin, l’application n’est ouverte qu’aux détenteurs de la carte matérielle. Elle fonctionne mal, et sa note sur les deux plateformes est lamentable, ce qui n’encourage guère au téléchargement.

La mode du “fabriqué en France” est de toute façon peu convaincante. Les spécifications de labels comme Origine France garantie ou France terre textile sont peu exigeantes, et leurs contrôles incertains.

L’expression de “francolavage” désigne ainsi des pratiques commerciales douteuses. Elle dénonce par exemple l’étiquette tricolore affichée sur un produit fabriqué à l’étranger, et emballé en France.

 

Partagez cet article

  • 0%