Chronique Que Choisir : Alimentation : changer de régime pour mieux vivre

Chronique Que Choisir Société
Il est possible de gagner plusieurs années d’espérance de vie avec une alimentation plus saine. C’est la conclusion d’un groupe de chercheurs norvégiens. Outre la publication de leur étude, ils ont ouvert un site en accès libre qui permet à chacun de simuler les effets en longévité pour chaque changement apporté dans son régime alimentaire quotidien.

Alimentation changer de regime pour mieux vivre 150422

Les moyennes d’espérance de vie en France sont d’un peu moins de 80 ans pour les hommes et un peu plus de 85 ans pour les femmes, ce qui est très élevé.

Des scientifiques de l’université de Bergen ont publié une intéressante étude, en modélisant les conséquences de l’alimentation sur les durées de vie observées.

Le principe repose sur la relation entre les quantités journalières de familles d’aliments consommées et le risque de mortalité, selon des études quantitatives. En fait, toutes les combinaisons s’envisagent, et chacun peut mesurer le gain attendu en modifiant tel ou tel volume de nutriments absorbés.

Ainsi, porter sa consommation de légumes secs à 200 grammes par jour, et celle de céréales complètes à 225 grammes, permettrait d’allonger sa vie de plusieurs années, en probabilité moyenne.

Les gains sont plus spectaculaires pour les jeunes, puisqu’il vaut mieux adopter le bon régime au plus tôt. Ils varient aussi entre les hommes et les femmes.

Par exemple, un homme de 20 ans qui adopterait définitivement le régime idéal prolongerait son espérance de vie de 14 ans. Une femme du même âge gagnerait 10 ans, soit un score quasi équivalent, au lieu de l’écart actuel de 5 ans entre ces deux populations. Même après 60 ans, le bénéfice reste de presque 10 ans pour l’homme et plus de 8 ans pour une femme.

Pourtant, ce simulateur en accès gratuit, mais en anglais seulement, ne tient pas compte des facteurs sel et alcool dans l’alimentation, alors que ce sont les deux principales causes de mortalité d’origine alimentaire dans le monde.

Les recommandations essentielles peuvent se résumer dans l’augmentation des quantités de légumes secs, céréales complètes et fruits à coque, ainsi que la réduction sévère des charcuteries et viandes rouges (au profit du poisson, de la volaille et des œufs).

Partagez cet article

  • 0%