Chronique Que Choisir : Santé : sel en surdose

Chronique Que Choisir Société
Les plats préparés du commerce ne sont pas l’idéal en matière d’alimentation saine. Ils sont en outre trop salés, par rapport aux besoins et par rapport à la dose normalement admissible. L’industrie abuse du sel, comme du sucre et du gras, pour valoriser le goût de ses produits.

Sante sel en surdose 200422

En petite quantité, le chlorure de sodium est indispensable à la vie. Il joue un rôle essentiel dans les milieux cellulaires, la transmission des influx nerveux ou la régulation de la pression sanguine.

Mais pour fonctionner normalement, notre organisme n’en réclame pas plus de 2 g par jour. Ainsi, notre consommation ne devrait pas excéder 5 g chez l’adulte, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cela correspond à 2 g par repas chez l’adulte. En réalité, la consommation observée est bien supérieure : plus de 8 g par jour, en moyenne.

L’effet le plus néfaste de l’excès de chlorure de sodium dans l’alimentation est l’augmentation de la tension artérielle. Mais l’abus de sel accélère aussi l’élimination du calcium, susceptible de fragiliser les os. C’est pourquoi les femmes, principalement exposées à l’ostéoporose, doivent limiter leur consommation de sel après 65 ans. Il en est de même pour les jeunes enfants, dont l’appareil osseux est encore en construction. Enfin, un régime riche en aliments très salés (comme les poissons en saumure, sauce soja…) semble avoir une incidence sur le cancer de l’estomac.

Les industriels de l’agroalimentaire peuvent difficilement se passer du sel. Il est peu coûteux et présente des qualités irremplaçables : il retient l’eau (autre composant à bas prix), assure une meilleure conservation, rehausse le goût. C’est même parfois le cache-misère de produits médiocres, comme les croques apéritifs.

Les consommateurs peuvent vérifier la teneur en chlorure de sodium sur l’étiquetage, puisque c’est obligatoire. Mais les trois aliments quotidiens qui en apportent le plus ne sont pas toujours emballés : il s’agit du pain (25 %), de la charcuterie (12 %) et des fromages (10 %).

 

Partagez cet article

  • 0%