Chronique Que Choisir / Pratique : signaler une escroquerie en ligne

Chronique Que Choisir Société

Le ministère de l’Intérieur ouvre un site internet et une application pour simplifier le signalement d’une escroquerie en ligne. Ces outils permettent de prendre contact avec les services de sécurité, et même déposer une plainte sans se déplacer.

PRATIQUE SIGNALER UNE ESCROQUERIE

La plateforme “Thésée” et l’application “MaSécurité” du ministère de l’Intérieur fournissent toutes sortes d’informations et facilitent les démarches aux victimes d’infractions numériques.

Ces deux outils sont réservés aux plaintes pour délinquances en ligne, comme le piratage de messagerie, le chantage ou l’arnaque sentimentale, mais aussi les arnaques par annonce de particuliers ou les sites de vente frauduleux.

L’accès à “Thésée” s’effectue sur le site “Service-public.fr”, mais nécessite une recherche avec le mot “arnaque”. L’internaute doit renseigner un questionnaire permettant de caractériser une infraction de type numérique. Selon le cas, le demandeur est redirigé vers le service approprié (en ligne ou en bureau), avec toutes les indications pour faire aboutir la démarche.

Ainsi, lorsque la situation décrite relève de l’hameçonnage, la victime est dirigée sur les plateformes Cybermalveillance.gouv.fr pour le harcèlement, ou Perceval pour les débits frauduleux par carte bancaire.

Une nouvelle transaction de dépôt de plainte par visioconférence est également disponible, comme la possibilité d’échange par messagerie instantanée avec un policier.

Cette initiative permet de faciliter le repérage entre les multiples solutions de signalement, de réclamation ou de plainte pour les victimes, qui peuvent être un peu perdues dans ce maquis :

  • conso.gouv.fr pour la Direction de la répression des fraudes (DGCCRF).
  • Perceval, Thésée, Pharos ou Internet-signalement.gouv.fr pour le ministère de l’Intérieur.

La dispersion de ces plateformes, les modes d’accès complexes (par le compte fiscal ou de santé) ne simplifient tout de même pas les choses aux citoyens. Heureusement, sur internet, une recherche par “arnaque” ou “escroquerie” permet de repérer assez vite les solutions, à condition de s’en tenir aux adresses officielles.

Partagez cet article

  • 0%