Dérive insécuritaire

 

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, nous a encore beaucoup fait rire au lendemain du réveillon. Il nous annonce avec des éclairs de triomphe dans l’œil qu’il n’y a eu QUE 745 voitures brulées le soir du réveillon.

Naïvement je pensais qu’une seule voiture brulée ce soir de fête serait une incongruité, un scandale, mais comme la grenouille dont on augmente la température de l’eau jusqu’à la faire bouillir, nous finissons par trouver normal que plusieurs centaines de voitures soient détruites le 31 décembre. Une tradition comme une autre, sans doute.

Notre ministre de l’Intérieur se vante d’une baisse de 10% sur l’an dernier. Quelques journalistes faisant leur travail ont ressorti les chiffres des années précédentes et ont pointé du doigt des incohérences de Darmanin qui annonçait l’an dernier 690 voitures brulées en se félicitant déjà d’une baisse. Tiens donc ! Erreur ou mensonge ? Il y aurait en fait 8% de voitures brulées en plus cette année ?

Ah oui mais en fait, répond le ministère embarrassé, le chiffre annoncé le 1er janvier de l’an dernier n’était pas définitif : il n’était pas de 690 mais de 811. Donc le ministre se base sur 811.

On peut donc supposer que le chiffre annoncé ce 1er janvier cette année n’est lui-même pas définitif, mais qu’il faudra sans doute compter 20% supplémentaires.

Et donc les calculs fanfaronnants du ministre seront encore faux.

 

Derrière ces explications embrouillées et pitoyables, notons tout de même que cette dérive insécuritaire a eu lieu alors que 90 000 policiers et gendarmes étaient déployés, le maximum de l’effectif mobilisable.

 

Gérald Darmanin s’était déjà piteusement emberlificoté dans ses mensonges à la suite des violences autour du Stade de France lors de la finale de la Ligue des Champions en mai 2022. Dénonçant notamment les supporters anglais, pour éluder les erreurs de son administration.

 

Ces désordres sont un peu inquiétant dans la perspective des Jeux Olympiques de Paris 2024. Des spécialistes de la sécurité s’inquiètent déjà des risques qui menacent cette manifestation qui devrait rester la grande fête mondiale du sport.

 

Chez les forces de l’ordre la grogne monte. Montrés du doigt, corvéables à merci, en nombre insuffisant, les policiers et gendarmes n’en peuvent plus. Chez eux le taux de suicide est de 50% supérieur à la moyenne de la population.

 

Pourtant, mis à part quelques excités, les Français les soutiennent. Logique. Parmi leurs principales préoccupations depuis des années, la violence et l’insécurité ressortent dans le tiercé de tête dans toutes les enquêtes, aux côtés des soucis matériels (salaires, inflation) et la santé.

 

La Cour des Comptes vient de pointer du doigt l’inefficacité de l’État dans sa lutte contre l’immigration clandestine malgré 1,8 milliard de budget et 16000 fonctionnaires dédiés. Les magistrats indiquent que seulement 10% des obligations de quitter le territoire sont exécutées, tandis que les relevés d’identité et d’empreintes ne sont pas faits ni évidemment intégrés dans le fichier national informatisé.

 

Pas étonnant quand on constate que l’État, dixit l’institut IREF, sur ses dépenses par missions en 2023, ne consacre en réalité que 12,5% de son budget à ses missions régaliennes (celles qui font l’essence de sa mission profonde de protéger les Français), c’est à dire la Sécurité, la Défense et la Justice. 99 milliards sur 785. 12,5% seulement ! La sécurité représente environ 3% (24,2 milliards), la Justice 1,5%(12,5 milliards), la Défense (62 milliards).

 

Rappelons que la sécurité est la première des libertés.

 

Bonne heureuse et sainte année à vous tous chers auditeurs et n’oubliez pas que Radio Fidélité vit essentiellement de vos dons !

 

Dérives insécuritaires - Le billet d'humeur
triste réveillon