A la découverte de la noix de coco ! ce sont les hommes d’équipage de Vasco de Gama qui, en 1499, baptisèrent les noix « coco », en raison de leur ressemblance avec une tête grimaçante de croque-mitaine (qui se dit « coco » ou « cocã » en portugais.. Jusqu’en 1618, on appelait ce fruit uniquement coco; il s’est transformé en noix de coco et demeure le terme usuel qu’on utilise aujourd’hui.

Ce noyau de fruit découvert en 1280 par Marco Polo, au cours de l’une de ses nombreuses expéditions en Asie, notamment à Sumatra, est d’abord surnommé la « noix du pharaon » tant elle est douce comme le sucre et blanche comme le lait.

La noix de coco est le fruit du cocotier bien sûr ! Le cocotier n’est pas un arbre mais une plante de la famille des palmiers. Il peut atteindre 30m de haut ; quant à ses feuilles, elles peuvent mesurer jusqu’à 6m. Le cocotier se cultive essentiellement en Asie du Sud-Est, dans des cocoteraies. Sa culture représente une source importante de revenus pour les pays producteurs car la coco est exportée dans le monde entier. Ce fruit est de forme ovale et mesure environ 30 cm. La noix de coco passe du vert clair au marron quand elle est à maturité.

La noix de coco est composée de plusieurs couches très différentes. De l’extérieur, elle présente une surface dure et fibreuse appelée bourre. Elle est collée à une coque très résistante. Celle-ci présente sur la surface opposée une fine pellicule brunâtre, le tégument séminal. Il protège la partie blanche et brillante savoureuse d’une dizaine d’épaisseur, que l’on nomme amande. La noix de coco est remplie d’un liquide presque transparent, sucré, appelé eau de coco.

Attention, il ne faut pas la confondre avec le lait de coco fait avec l’amande râpée.

Base de l’alimentation de nombreuses populations du Pacifique et des caraïbes , on trouve de tout et tout est bon dans le coco: eau, huile, sucre, beurre, farine, lait, poudre … de quoi faire un vrai menu .

Beaucoup se demandent comment venir à bout d’une noix de coco pour la déguster. C’est simple, enfin seulement en apparence car la coque est dure à percer. Voici quelques conseils pratiques : Il faut d’abord enlever la bourre avec un objet tranchant, type coupe- coupe ou machette . Ensuite, on perce à l’endroit où il y a trois petites taches sombres. On récupère ainsi l’eau de coco. Il ne reste plus alors qu’à l’ouvrir avec un outil ou en la frappant.

La noix de coco est un produit naturellement bon pour la santé. Chacune des parties qui la compose regorge d’éléments indispensables pour l’organisme et sains.

La noix de coco contient des protéines, des vitamines, des antioxydants et des fibres. Elle est riche en fer essentiel à la formation de globules rouges dans le sang. Il a également un rôle dans le renouvellement des cellules. La noix de coco doit être consommée avec de la vitamine C ce qui permet une meilleure absorption du fer.

Le cuivre présent participe à la formation de l’hémoglobine et du collagène. Le sélénium est un excellent antioxydant. Le magnésium a de nombreuses vertus. Il est bon pour les os, les dents, les muscles et le renforcement du système immunitaire. Ce dernier avantage est également assuré par le zinc présent dans la noix de coco. Le potassium est, entre autres, bénéfique au bon fonctionnement de l’estomac. La noix de coco contient également du manganèse et du phosphore.

La noix de coco est riche de plusieurs vitamines. La vitamine B3 (niacine), B5 (acide pantothénique), B6 (pyridoxine), B9 (folate) en font partie.

Ces éléments santé sont présents sous tous les aspects de la noix de coco. Elle peut être crue, pressée, desséchée ou sous forme de lait.

On a coutume de dire qu’il y aurait autant d’usages de la noix de coco qu’il y a de jours dans une année .

  • Son « bois » autrement dit sa tige est utilisée en construction.

  • Sa sève peut se boire fraîche ou sous forme de sirop ; fermentée elle devient du « vin de palme », une boisson traditionnelle dans les pays tropicaux.

  • En Inde, on concentre et on sèche la sève pour en faire du sucre, le jaggery.

  • La bourre de coco, c’est-à-dire les fibres qui entourent le fruit servent à fabriquer des cordes, des matelas, des brosses ou des paillassons.

  • Les fibres forment également un isolant sain et performant en termes acoustique et thermique mais aussi très écologique puisque les fibres de noix de coco sont naturelles et recyclables. La fibre isole murs, planchers et cloison. En outre c’est un matériau imputrescible, qui ne craint ni l’humidité, ni les champignons, ni les insectes.

  • Les palmes de cocotiers sont tressées et servent de matériau de construction pour les toits et les murs, notamment en Océanie.

  • On utilisent le nia, la tige centrale de la feuille pour en faire des balais et même des objets de décoration.

  • Enfin, son fruit a de multiples usages en cuisine et en cosmétique grâce à son eau et à sa pulpe.

  • On l’utilise, bien sûr, crue comme dessert. Elle est à la fois antioxydante et alcalinisante. Mais, elle peut être aussi consommée transformée. On trouve, par exemple, du sucre de noix de coco. Il est fait à partir de la cristallisation de la sève des fleurs. Il est non raffiné et il a un goût de caramel. C’est un édulcorant naturel, riche en antioxydants, vitamine C, potassium, zinc et fer. L’eau de coco est un régal rafraîchissant et régénérant.
LA NOIX DE COCO