En 1914, il y a plus d’un siècle, Maurice Barrès, l’un de nos plus grands écrivains, publiait un livre prémonitoire intitulé « La grande pitié des églises de France » dans lequel il dénonçait violemment le saccage opéré dans les lieux de culte du catholicisme de toutes nos provinces sous le magistère politique d’une troisième République, laïque et obligatoire!

Les lois de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat avaient ouvert la voie à une « désolation » disait Barrès qui avait abouti à un désastre d’art avec la disparition ou le vol de vitraux, de toiles, de statues, de chasubles, de reliquaires, de calices qui méritaient pourtant d’être sauvés!

Mais il y avait pire, avec la démolition de certaines chapelles et églises dans toute la France jugées, je cite, « sans intérêt »!

Et la première guerre mondiale n’allait pas arranger les choses, les finances de la nation, étant toutes mobilisées pour une juste cause, celle du salut de la nation… Je me permets de revenir un instant sur cet épisode lointain et fâcheux de notre mémoire collective, car une ancienne ministre de la culture, devenue animatrice de télévision vient de remettre le couvert sur le sujet en déclarant qu’il faudrait bien, je cite encore, « raser des églises héritées du XIXe siècle » qui n’ont plus, selon elle, « grand intérêt »!

Ancienne RPR au temps de Jacques Chirac, Mme Roselyne Bachelot, angevine de naissance, apothicaire de formation, s’est ralliée au gouvernement d’Emmanuel Macron pour obtenir un nouveau maroquin. En rejoignant le bureau prestigieux d’André Malraux qui, lui, avait tout fait pour sauver notre patrimoine!

Egérie du mariage pour tous et propagandiste LGBT, Mme Bachelot, à 76 ans, est en rupture avec son ancienne famille politique au point de la provoquer sur tous les plateaux de radio et de télévision.

Libre à elle bien sûr de le faire en cette période de relativisme à tout crin qui bafoue en permanence les valeurs essentielles de notre vieille civilisation  judéo-chrétienne! On rajeunit, après tout, ou l’on essaie de le faire, comme l’on peut… Mme Bachelot c’est finalement radio-bobo à tous les coins de rue!

Nos églises des villages et des villes qui sont la propriété des mairies valent mieux que des propos déplacés d’une                 ancienne ministre en mal de popularité!

Elle qui a sans doute cessé de les fréquenter depuis longtemps, n’est pas la mieux placée pour en parler.

Reste que l’avenir de nos lieux de culte demeure une véritable préoccupation et qu’il ne faudrait pas qu’ils brûlent pour être un jour miraculeusement restaurés.

Prenons garde et ne laissons par la « grossièreté destructrice » dénoncée il y a plus d’un siècle par Maurice Barrès qui avait aussi écrit « Sous l’oeil des barbares » gagner du terrain.

Notre patrimoine religieux est en danger!

A nous tous de le sauver…

Le billet d'humeur du mardi 10 janvier 2023
La sauvegarde du patrimoine religieux