Le Curcuma de la Réunion. Cet épice est l’or de la cuisine réunionnaise !

Le curcuma est issu du rhizome d’une plante vivace tropicale, Le Curcuma longa, cousin du gingembre. Ils appartiennent tous deux à la même famille, les Zingiberacea. L’essentiel de la production se situe en Inde et en Asie du sud-Est. Historiquement, ce petit rhizome réduit en poudre est un ingrédient fondamental de nombreuses préparations culinaires asiatiques et africaines. Mais le curcuma est bien plus qu’une simple Épice.

La couleur jaune orangé si caractéristique du curcuma, majoritairement donnée par la curcumine, lui vaut son nom: “d’Épice jaune” et son utilité comme colorant alimentaire et textile. Le Curcuma possède également des vertus cachées. Depuis des siècles, on l’utilise aussi comme remède dans la médecine traditionnelle indienne et chinoise. Ces dernières années, les bienfaits thérapeutiques de la poudre de Curcuma encore mal connus du monde occidental attisent les curiosités.

Les premières traces écrites de l’utilisation du curcuma remontent à plus de 4000 ans, dans des textes médicaux anciens en sanskrit. En Inde, le curcuma est un ingrédient clé dans la médecine ayurvédique, où il est utilisé pour traiter diverses affections et améliorer la santé en général.

Sa culture sous les tropiques, s’explique par son besoin d’un climat humide et chaud. Il peut être cultivé dans des régions où les précipitations sont suffisantes (1000-2000mm) et où les températures sont comprises entre 20 et 35°C. Le Curcuma préfère les limons fertiles ou argileux, biens drainés, meubles et friables pour un développement optimal des rhizomes.

De la plantation des rhizomes mères à la croissance et le développement de nouveaux rhizomes, le Curcuma demande sept à dix mois de culture. Le Curcuma est prêt à être récolté lorsque les feuilles inférieures jaunissent. On peut obtenir jusqu’à 23 tonnes de rhizome frais par hectare.

Sur l’île de la réunion le Safran Péi. cet or de la cuisine locale provient donc de cette racine, de forme très similaire mais légèrement plus petite que le gingembre, avec une couleur profonde qui va du jaune ocre à l’orange brillant.

Le curcuma est arrivé à la Réunion avec les engagés indiens, ces travailleurs venus du Kérala et du Tamil Nadu vers 1850 pour remplacer les esclaves dans les champs de cannes à sucre. Ils l’utilisaient depuis très longtemps pour teindre les vêtements, se soigner et cuisiner. Beaucoup de ces familles sont restées ici et c’est grâce à elles qu’aujourd’hui le curcuma est le complément indispensable du cari (plat emblématique réunionnais à base de viande ou de poisson et comportant un mélange d’épices) et qu’il fait partie du patrimoine gastronomique de la Réunion.

La saveur est assez douce en elle-même, pas aussi distincte que peut-être la cardamome, le gingembre ou le cumin, mais elle confère un terreux profond et un ton de fond parfumé à un plat. La poudre de curcuma contient 35 à 45% de Curcumine. C’est ce composé qui confère au Curcuma sa couleur jaune orangé si caractéristique. Sa composition en huile essentielles lui confèrent des flaveurs agreste, des notes de fruité jaune (abricot), on relève aussi des odeurs musquées, épicée et poivrée.

Pour obtenir de la poudre de curcuma, la racine est chauffée, puis cuite au poivre noir pour la rendre plus facilement digeste.

Enfin, elle est séchée et broyée jusqu’à ce qu’elle ressemble à la poudre qu’on utilise en cuisine., le curcuma est un ingrédient fondamental du curry et des caris

Sur l’île de La Réunion, il est aussi employé dans l’élaboration de divers produits comme la confiture, crème balsamique, sirops, vinaigres, savon naturel ou préparations pour le rhum arrangé.

Sa récolte, son séchage et son broyage se font entièrement de manière artisanale, le curcuma de l’île de La Réunion est donc sans aucun doute l’un des meilleurs au monde.

Le curcuma de la Réunion
Cet épice est l’or de la cuisine réunionnaise !