À la découverte du moka ! Ce gâteau est un dessert traditionnel constitué de couches alternatives de génoise imbibées de sirop au café et de crème au beurre au café et recouvert d’amandes grillées.

Son nom vient du port d AlMocha au Yémen qui a exporté les premiers café en provenance d’éthiopie

L’Éthiopie est en effet le berceau légendaire du café .

Les experts estiment que dès la préhistoire les ethnies Oromos de la région de kaffa ont bu et mangé du café. De nombreuses légendes attribuent la découverte du grain avec différentes histoires plus ou moins crédibles. Ce que nous révèle l’histoire c’est que les paysans éthiopiens les premiers faisaient cuire le fruit du petit arbuste qui pousse naturellement sur leur terre pour le consommer en bouilli ou sous forme d’épice.

l’histoire prétend également qu’un berger du nom de Kaldi découvre les vertus excitantes du café.  Une de ses chèvres s’étant mise à faire des bonds après avoir mangé des cerises d’un caféier vers le VIIIe siècle.Ainsi, la culture du café et son usage furent ensuite diffusés par les moines pour se maintenir éveillés pendant leurs longs offices.
l’Éthiopie cultive exclusivement l’arabica à des altitudes situées entre 1500 et 2300 mètres d’altitude. On appelle les cafés éthiopiens des « Moka » car ils étaient autrefois exportés depuis le port de Moccha au Yémen, dans la péninsule arabique.

C’est à partir du VI siècle que le café arrive au Yémen dans le port de Moka qui donnera plus tard son nom aux grains venus d’Ethiopie. Il aura fallu plusieurs siècles pour que la culture des caféiers s’organise. La consommation du qahwa se répand partout en arabie et dans tous les pays de l’empire Ottoman pendant tout le moyen-age. Très apprécié déjà à l’époque il se consomme alors sous forme de boisson. C’est au tout début du XVII siècle que l’or noir débarque en Europe. Il arrive d’abord en Italie et en Hollande, des pays de marchands explorateurs, puis en Allemagne, en Angleterre et enfin en France.

On trouve dès les années 1810 des recettes de gâteaux fourrés à la crème au moka, comme celle du pâtissier Carême. La spécificité du gâteau moka apparu au milieu du xixe siècle réside dans son montage, une superposition d’abaisses de génoise et de fourrage, et l’utilisation pour ce fourrage d’une crème au beurre

Cette délicieuse spécialité plutôt calorique est née en deux temps. En 1857, un pâtissier du nom de Quillet, installé rue de Buci, à Paris, met au point un gâteau à base de crème au beurre qui pouvait être parfumée à la pistache.

Mais c’est un autre pâtissier, Guignard, qui a l’idée de parfumer cette crème au beurre avec du café.

Il existe de nombreuses variantes de ce dessert familial présenté aussi bien en portions individuelles qu’en grand gâteau. Pour celles et ceux qui ne sont pas fans de la crème au beurre, il suffit de la remplacer par une mousse au café ou encore du mascarpone et pour varier les plaisirs, pensez à faire une version chocolatée du moka, un peu moins traditionnelle mais tout aussi délicieuse.

Le MOKA
Son nom vient du port d Al Mocha au Yémen!