Je vous emmène aujourd’hui à la découverte du poulpe qui vient du grec Polypous qui signifie plusieurs pieds .

Ce céphalopode est apparu il y a 300 millions d’années – soit bien avant l’homme – et on a répertorié pour l’instant environ 200 familles différentes. Cette espèce a une durée de vie très courte. Environ deux ans. « Les femelles meurent dès leur première ponte, après avoir passé sept à neuf mois à oxygéner les cordons d’œufs »

Une fois écloses, les larves ont une vie planctonique de quatre à six mois où elles voyagent au gré des courants. Puis elles tombent au sol et se métamorphosent. Il leur faudra à nouveau cinq à six mois pour arriver à maturité.

La température de l’eau va beaucoup influer sur le timing. En Méditerranée, l’éclosion peut avoir lieu en janvier, alors qu’en Manche cela peut n’arriver qu’en septembre.

Grand amateur de crabes, araignées, homards et autres coquilles Saint-Jacques, il est doté d’un appétit vorace. Il est d’ailleurs réapparu avec profusion récemment sur les côtes Bretonnes et a occasionnés de nombreux dégâts dans la population de crustacés , et de coquillage.

Pendant l’antiquité, le poulpe était vu comme un animal plutôt sympathique dont les capacités de camouflage étaient particulièrement plébiscitées par la Grèce antique. Mosaïques, vases, amphores… les pieuvres sont représentées sur toutes sortes d’ornements de l’antiquité romaine et grecque.

Une image de monstre marin a ensuite circulé, de quoi réveiller la terrifiante réputation de cet animal venu du fond des âges. Dans les films d’aventures, l’attaque d’un kraken, ce colosse des mers broyant les bateaux avec ses tentacules, reste d’ailleurs un classique régulièrement mis en scène, de « Pirates des Caraïbes » au « Choc des titans ». Jules Verne, le premier, avait joué sur cette corde dans son roman « Vingt mille lieues sous les mers » paru en 1870. De fait, c’est surtout à partir du XIXe siècle que s’est construite cette image de monstre marin accolée au poulpe. Victor Hugo y a largement contribué. C’est lui qui a popularisé le mot pieuvre utilisé aujourd’hui indistinctement avec le terme poulpe.

Il faudra attendre le commandant Cousteau et son livre « Pieuvres, la fin d’un malentendu » paru en 1973 pour que l’image de cet octopode change de nature. C’est le célèbre marin au bonnet rouge qui, le premier, a commencé à populariser ses étonnantes facultés. Et, en particulier, sa capacité à dévisser le couvercle d’un bocal avec ses tentacules pour aller chercher le crabe qui se trouve à l’intérieur.

Il en possède en effet non seulement 3 cœurs mais surtout neufs cerveaux . Une unité centrale, au niveau de la tête située à la base de la grande protubérance appelée « manteau » qui lui fait office de corps, et huit autres situés dans chacun de ses bras, qui sont indépendants les uns des autres. Les trois cinquièmes de ses 500 millions de neurones se trouvent dans ces ganglions périphériques. Indispensable pour traiter les quantités d’informations en provenance de ses nombreuses ventouses.

C’est cette étrange morphologie qui explique peut-être pourquoi son système nerveux s’est autant développé. « Pour certains scientifiques qui étudient l’évolution des espèces, l’homme s’est hissé au sommet du règne animal dès lors qu’il a gagné la station debout et a pu ainsi libérer ses mains, or un poulpe n’est autre qu’une main avec un cerveau. »

Il dispose notamment d’un incroyable talent de camouflage qui lui sert tant à se protéger de ses prédateurs qu’à surprendre ses proies. Il peut en un instant adopter la physionomie du substrat sur lequel il se pose grâce aux cellules chromatophores situées sur sa peau, qui contiennent des pigments colorés. On peut aussi s’émerveiller de sa capacité à épouser toutes les formes. Sans squelette, il peut se faufiler dans des conduits exigus ou d’étroites fissures.

Mais surtout, les chercheurs ont mis en évidence ses étonnantes aptitudes cognitives. C’est l’animal le plus intelligent du monde marin : surprenant pour un invertébré ! Il est d’ailleurs capable d’une grande affection et possède un sens de l’humour bien développé, que de nombreux scientifiques ont pu mettre à l’épreuve. Il est capable non seulement de réaliser des tâches complexes mais il possède aussi des facultés d’apprentissage et de mémorisation hors du commun.

Pour nos amis créoles de l’océan indien, le poulpe s’appelle Hourite en créole Mauricien , et Zourit en créole Réunionnais. C’est avec l’un de ces petits spécimens que je vous propose une recette typiquement créole dès demain dans 5 Recette à la une .

LE POULPE