Les chiens se baladent

 

On les voit ; laisses tendues, dans les squares, le long des rues, humant la motte d’herbe, le coin de trottoir, le piquet du sens interdit, la truffe dilatée et humide, les sens aux aguets ;

Qui promène qui ?  Qui tire qui ? …est-ce le maitre qui fait un tour ou l’animal qui promène son appendice au bout de la longe ? …on peut s’interroger quand l’animal emporte avec ardeur l’humain, au bout de sa laisse, qui lui cavale comme un dératé, faisant du zigzag entre les coins de bitume saturés d’odeurs, penché sur sa bestiole surexcitée qu’aucune voix n’arrête.

En voyant le spectacle ubuesque du chien tirant, comme un tyran, son souverain, On se prend à penser aux fables de Lafontaine où l’animal, travesti en homme, domine en roi et campe les travers de l’humanité :

Et puis quand maitres et chiens se retrouvent au détour de la balade au pied d’un arbre, c’est un joyeux débordement de jappements, de sauts, de courses mais aussi le cérémonial d’un ballet entre les licols enlacés :… et votre animal s’appelle ? …il est poilu, il est touffu, il est velu, …et il mange quoi ? …on y retrouve là ce qui fait une structure sociale ; le bourgeois et son lévrier, le vieil aristocrate et son labrador, l’ouvrière et son teckel ou l’employé et son yorkshire …mais tous se parlent autour des aspects nutritionnels comparatifs de la boite de Canigou-ronron …parfois même, ces échanges donneront lieu , à l’insu de leur maitre , à la naissance d’un batard faisant se rejoindre les rives de mondes qui se sentent éloignés les uns des autres

Au pied de l’arbre, on fraternise sur les avantages indéniables de tels ou tels vétérinaires, de tel ou tel chenil, d’un vermifuge, d’un shampoing qui rendrait le poil plus soyeux …mais pour qui, d’ailleurs, et on se perd en conjecture sur les lois canicides qui interdisent les chiens sur les plages, les pistes cyclables à quatre pattes ! …on est alors tous d’accord, contre le législateur qui, à tord sur le dos du cabot, fait, en fait, souffrir le propriétaire d’une inflation législative absurde

On voudrait crier à la révolution canine, demander la liberté du toutou, le pouvoir de les lâcher toutes brides dehors …alors 1789 n’est pas loin qui pourrait faire du Matin un emblème suprême sur un chapeau phrygien

Puis, la corde se tend et on repart emporté par le roquet, sans dire au revoir, vers d’autres plates-bandes, d’autres crottoirs …, Rien n’arrête le clébard dans sa folle conquête de l’espace urbain ; levant la patte à tout va sur le moindre recoin incertain ; Car il le sait lui le corniaud, qu’il va rentrer à la maison et retrouver la niche et l’ennui, la vague odeur de quelques croquettes saturées d’huile,

Voila le destin des maitres et des cadors qui font un bout de route ensemble sur le bitume des villes , le chien rêvant au loup et le maitre au ciel …

Mais je vous lèche , enfin je vous laisse , mon caniche m’appelle , c’est l’heure du pipi

Les Chiens se Baladent - Le billet d'humeur d'Eric Bouron