Au milieu des passions politiques, des violences verbales et des anathèmes, des petites phrases assassines, il est nécesssaire, bon et réconfortant d’écouter la voix de nos Seigneurs et pasteurs les évêques de France et de lire leur déclaration commune du 19 juin dernier. Elle commence par un constat : «Le résultat des élections européennes est un symptôme de plus d’une société inquiète, douloureuse, divisée».  Elle pose une limite évidente : « Comme chrétiens, cependant, nous avons une vive conscience que les élections législatives ne résoudront pas tout.» Oui le sort ou le salut de la France et de chacun de ses habitants n’est pas le privilège exclusif du suffrage universel mais est contenu «dans l’espérance du Règne de Dieu inauguré par le mystère de la mort et de la résurrection de Jésus». La déclaration revient ensuite sur les causes profondes du «malaise social». Il tient, je cite à nouveau, « à l’individualisme et à l’égoïsme dans lesquels nos sociétés se laissent entraîner depuis des décennies, à la dissolution des liens sociaux, à la fragilisation des familles, à la pression de la consommation, à l’affaiblissement de notre sens du respect de la vie humaine, à l’effacement de Dieu dans la conscience commune.»

PRIERE DE NOS EVEQUES POUR LA FRANCE
PRIERE DE NOS EVEQUES POUR LA FRANCE.